Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Gable-Ouvrier]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128500
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1132880
[ NEF ]  412  
fort difficile ä ätaialir souvent, nous renvoyons nos lecteurs au mot 
PORCIIE pour Potude de cette partie tros-intoressanto de nos ädifices reli- 
gieux; d'autunt que nous ne saurions dire pourquoi les aruhoologues 
de nos jours ont donnä aux porghcs fermäs la ddnomination de fnartlzeav 
tandis que les väritables narthex näätaient qu'un portique ouvert, au 
moins sur sa face antorieure, dans les premiores basiliques chrotiennes. 
NEF, s. f. La basilique antique romaine se compose d'une ou de trois 
nefs terrninees par un hemicycle servant de tribunal. au devant duquel, 
quand l'espace lc permettait, au dire de Vitruve, on (Slevait des chaisi- 
diques, ce que nous appelons aujourd'hui croisefe, tmnsscpt. Le mot nef 
ne veut donc dire autre chose qu'une salle plus longue que large, l'er- 
mee par deux murs et un comble, ou accompagnee lateralcmcnt de 
deux autres nefs plus bases, portant une galerie ou un comble en 
appentis. Dans les premieres basiliques chretieunes, comme Saint-Paul 
hors des murs, a Home, les nefs ont ete portees jusqu'au nombre de 
cinq : une nef centrale et deux collateraux de chaque cote de la nef 
centrale. Aujourd'hui, on ne donne pas le nom de nefs aux ailes, aux 
collateraux, mais seulement au vaisseau central, qu'il soit couvert par 
une charpente lambrisee ou voüte. L'ancienne eglise de Saint-Martin 
des Champs. a Paris, aujourd'hui Ecole des arts et metiers, ne se com- 
pose que d'une seule nefrebatie vers le milieu (lHXlIlB siecle et tcrminee 
par un choeur du x10 entoure d'un bas cote avec chapelles. Les cathe- 
drales de Reims, d'Amiens, de Rouen, de Chartres, dc Baveux, de 
(loutances, de Tours, ctc., possedent une nef centrale avec bas cotes 
simples, precedant le transsept. Les caithedrales de Paris, de Bourgcs, 
de Cologne, Peglise abbatiale de Saint-Sernin de Toulouse, etc., ont 
une nef centrale accompagnee lateralement de bas cotes doubles. Jus- 
qu'a la fin du xue siele, les nefs des eglises avec collateraux ifexcedent 
guere 10 a M metres d'axe en axe des piles ; mais, adatcr de la [Jeriode 
gothique, ces nefs atteignent 15 et 16 metres d'axe en axe des piles. 
Quant aux eglises a une seule nef, comme les cathedrales de Toulouse 
et d'Alby (X119 et xIv" siecles), leur largeur dans oeuvre atteint 20metres 
et au dela (voy. ARCHITECTURE RELIGIEUSE, CAHIIÜIDILALIZ, Tnaviäu). Les egli- 
ses conventuelles des Jacobins,baties pendant le X1118 siecle, se compo- 
sent habituellement de deux nefs egales en longueur, largeur et hauteur; 
ces nefsjumelles sont separees par un rang de piliers (voy. ARCHITECTURE 
MONASTIQUE). Cette disposition est observee aussi pour des salles affec- 
tees a des services monastiques ou civils, comme le refectoire de Saint- 
Martin des Champs a Paris, comme l'ancienne grand salle du Palais a 
Paris (voy. SALLE). 
Nos plus anciennes cathedrales tjraneaises ont ete la plupart coneues 
avec une nef centrale accompagnee de collateraux simples ou doubles, 
mais sans transsept. La cathedrale de Noyon, parmi celles elevees pen- 
dantle X116 siecle, et celle de Soissons, font seules exception a cette
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.