Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Gable-Ouvrier]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128500
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1132308
[MENUISERIE f]  354  
qui ont bien quelque ressemblance avec les oeuvres des Orientaux men- 
tionnees ci-dessus, mais dont la structure cependant est mieux rai- 
sonnee. Ces clotures, ces barrieres, ces lambris, etaient simplement 
formes de planches posees jointives, embrevees dans un hati; pour em- 
pecher les planches de gauchir, de coffiner, autant que pour (leeorer 
les surfaces planes, au moins d'un cote, le menuisier rapportait par- 
dessus un treillis de bois legers assembles a mi-bois et formant des 
combinaisons geometriques plus ou moins compliquees. La surface 
plane des planches etait meme souvent sculptee en faible relief (puis- 
que la sculpture etait obtenue aux depens de Pepaisseur de ces plan- 
ches) entre les compartiments formes par les treillis. 
Voici (fig. 5) un exemple de ces ouvrages de menuiserie. Les joints 
des planches, d'une largeur d'un pied  sont marques sur notre 
dessin. Le treillis assemble a ses extremites dans les membrures du 
bati, ainsi qu'il est indique en a (voyez le detail A), est cloue, a chaque 
rencontre, sur les planches du fond, et forme ainsi une surface parfai- 
tement rigide qui empeche le gauchissement de ce fond. Ce treillis est 
assemble a mi-bois avec coupes d'onglet au droit des moulures, ainsi 
qu'on le voit en b. La coupe donne en G Fepaisseur de la planche ct 
en d celle du treillis 1. Une claire-voie, composee de colennettes tour- 
nees, surmontait l'appui D; de distance en distance, des montants E 
maintenaient le tout. En F, nous donnons le profil de la traverse supe- 
rieure f; en G, le profil de l'appui g, et en H, le profil de la traverse 
basse h. Nous verrons tout a l'heure des vantaux d'une porte de leglise 
de Gannat, combines d'apres le meme principe. 
On comprendra comment les tringles de bois, rapportees sur ces 
planches etse coupant dans tous les sens, devaient les maintenir dans 
leur plan. Ce systeme, toutefois, est exceptionnel dans les (leurres de 
menuiserie du moyen age en ce que nous n'y trouvons pas les panneaux 
embreves, mais un fond simple sur lequel est cloue un reseau de bois; 
ce reseau n'est pas seulement une decoration rapportee, il est com- 
pose de pieces assemblees et se tient de lui-meme. Des le X111" siecle, 
on avait faconne en France des ouvrages de menuiserie ou le systeme 
des panneaux embreves en feuillures est arlopte; mais les languettes et 
feuillures sont generalement alors a grain d'orge. 
Nous donnons (fig. 6) un de ces panneaux, presente de face en A, en 
coupe en B, et en section horizontale en B'. Ce systeme merite quelque 
attention. Un lambris se compose de montants et de traverses, entre 
lesquels sont embreves des panneaux. Les montants de rtive, ceux qui 
forment les extremites du lambris, reeoivcxlt les traverses a tenons et 
mortaises; tandis que les montants intermediaires s'assemblent dans 
les traverses. En C, on voit un montant d'extremit6; en D, un montant 
4 Gel: ouvrage de menuiserie äxistait en fragments dans la cathädralc de 
183-11, ct servait dc lambris dans la chapelle Saint-Jean. Il dtait de sapin 
igl 
PQFP 
{lfl Cf]
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.