Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Gable-Ouvrier]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128500
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1132159
 339   [ MENEAU "l 
En K, est donnee la section du pied-droit h, portant le formeret de la 
voüte formant archivolte a Pexterieur. En L, est donne le profil de 
l'appui dont Pexterieur est en l avec la penetration des bases. Le trace 
m donne la projection horizontale des tailloirs des chapiteaux, celui n. 
la projection horizontale des bases. (Testici que la fonction des redents 
est evidente Ces redents {donnent une grande force supplementaire 
aux branches principales et secondaires des ares, et l'on voit comme 
ils sont adroitement disposes pour ne pas gener les coupes des joints. 
Le meneau central et les deux meneaux secondaires verticaux sont d'un 
seul morceau chacun; quanta la claire-voie superieure, elle se compose 
seulement de quinze morceaux, et cependantces fenetres ont 4 metres 
de largeur sur 42:30 environ de hauteur sous clef, dans ceuvre. 
Une fois le principe logique admis dans la construction des meneaux 
comme dans les autres membres de l'architecture gothique, les archi- 
tectes ne säirretent pas. Bientot ils renoncent totalement aux sections 
generatriccs, secondaire et tertiaire; ils adoptent une seule section 
pour tous les membres des meneaux, sauf les redents, qui prennent 
moins de champ. Vers la {in du XIVe siecle, on cherche deja meme a 
eviter les arcs brises. Les meneaux ne se composent que de courbes 
et de contre-courbes, de maniere a ne former plus qu'un reseau d'une 
resistanee uniforme. En theorie, cela etait logique; en pratique, ces 
formes etaient d'un aspect moins satisfaisant. 
Pour ne pas charger cet article, deja tres-etendu, d'un trop grand 
nombre d'exemples, nous allons etudier les meneaux adoptes au 
xve siecle, et dans la composition desquels on apereoit cette tendance 
des constructeurs de cette epoquc de ne plus tenir compte que de la 
logique, souvent aux depens du style et de la simplicite apparente. 
Alors, dans la composition des meneaux, les architectes cherchent 
a resumer toutes les forces et pesanteurs en une pressionverticale. Soit 
(ligÄO) une de ces fenetres du xve siecle  La section des trois meneaux 
de ces fenetres est la meme (voyez le detail A), elle se reproduit ega- 
lement dans la claire-voie; les redents seuls ont moins de champ et 
prennent la section B. Au moyen des grandes contre-courbes des deux 
(livisions principales, les pesanteurs sont amenees sur le meneau cen- 
tral G et sur les jambages D. Une partie de ces pesanteurs est meine 
deviee sur les meneaux intermcdiaires E par des courbes renversees a 
et par celles b. Les combinaisons de ces courbes et contre-courbes font 
assez connaitre le but que s'est propose d'atteindre le constructeur, 
savoir : une claire-voie formant un reseau dont les mailles se resolxfent 
en des pressions verticales, un systeme d'etresillonnement general, et 
des renforts a tous les points faibles donnes par les redents. On com- 
prend, par GXGIÜPlG, (1110 la Corne c se briserail; sous la moindre pres- 
4 Celle que nous donnons ici vient du chmur de Fäglise d'F. 
du milieu du xv" siäclc est nure et sagement entendue. 
l, dans lequel l'architecture
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.