Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Gable-Ouvrier]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128500
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1131730
 297  [ MAISON ] 
de risques que ceux qui alfermaient a temps ou qui "obtenaient une 
concession territoriale moyennant certaines redevances fixes; ils vi- 
vaient dans un etat de securite plus complet. C'est ce qui explique le 
caractere d'aisance que l'on observe dans les habitations rurales de 
cette contree, mais aussi leur uniformite depuis plusieurs siecles. 
Dans le Nord, et particulierement en Normandie, lc systeme des 
lenures cl moitie", ou des concessions perpetuelles moyennant une rente 
fixe, fut generalement remplace des le X1119 siecle par le bail a terme. 
Le seigneur conservait la propriete de sa terre et en cedait la jouissance 
aun cultivateur pour un temps limite et a des conditions determinees. 
a Plusieurs causes, dit. M. L. Delislel, favoriserent les developpements 
a de cette tenurc, et la tirent prefereraux concessions perpetuelles. Dans 
w les premiers siecles de la feodzilite, on n'avait guere connu que ces der- 
u nieres; mais on finit par s'apercevoir que la rente stipulee par contrat 
a dinfeodation perdait avec le temps la plus grande partie de sa valeur. 
(c (Yetait une consequence inevitable, non-seulement de Falteration des 
u monnaies, mais encore de la revolution qui sbperait dans le rap- 
u port de l'argent avec les objets de consommation. D'une autre part, 
a l'affaiblissement du regime feodal tendait a priver les seigneurs des 
u principaux moyens qu'ils employaient precedemment pour exploiter 
e leurs domaines non tielfes. On concoit donc comment ils furent ame- 
a nes a traiter avec les fermiers. Ils se dechzlrgeaient des embarras et des 
a frais de l'exploitation, et netaient plus exposes a voir leur fortune 
a reduite a des rentes dont la valeur nominale n'etait pas alteree, mais 
u dont la valeur reelle devenait de plus en plus insignifiante. v Quel- 
quefois memc le seigneur, ayant besoin d'argent comptant, faisait payer 
au fermier, en passant le contrat de louage, le montant total du prix 
de fermage pendant plusieurs annees. Il est evident que ces veritables 
emprunts etaient faits a des conditions onereuses pour le proprietaire et 
tendaient a enrichir le laboureur. Aussi est-ce en Normandie oü l'on 
voit les habitations rurales prendre une importance relative conside- 
rable et se modifier plus rapidement que dans toute autre province. 
Sur les cotes de la Mediterranee, on trouve parfois des habitations des 
champs qui affectent la forme d'une tour ou d'un petit donjon, et qui 
appartiennent a une epoque assez ancienne; mais ces maisons ont ete 
plutot habitees par des pirates que par des agriculteurs. Il en existe 
uel  lies-unes entre Toulon et Cannes. 
q Vdici (Hg. 45) l'une d'elles encore entiere, batie a Pentree du village du 
Cannet, pres de Cannes, a mi-cote et a 4 kilom. environ de la mer. Elle 
consiste en une tour carree possedant deux etages et un rez-de-chaussee 
sans communication avec Fexterieur. La porte, relevee de 3 metres au- 
dessus du terrain exterieur, ifetaitaccessibleqlfau moyen d'une echelle 
' Iftufles sur 
Evreux, 1851. 
la conduimz 
(le la classe agricole 
Normanclie au 
V1. 
moyen äge, 
 38
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.