Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Gable-Ouvrier]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128500
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1131588
MAISON 
282 
Nous allons arriver a la {in du xve siecle, et decrire l'un des plus 
charmants hotels de ce temps, si riches en constructions de ce 
genre. 
Il existait encore, en 18-10, rue des Bourdonnais, un hotel dit de la 
'l'remoille; detait un fief ifegulier, cree aParis sous Charles VI etrele- 
vant directement du roi, plus tard de Peveque. Il fut rebati, tel que 
nous l'avons vu, vers 1490, par Louis de la Tremoille, ne en 1460. Ce 
fut ce Louis de la Tremoille qui prit le duc (YOi-leans a la bataille de 
Saint-Aubin du Cormier en 1488; ce qui nernpecha pas le Valois, 
devenu roi de France, de lui confier le commandement de larmee du 
Milanais en 1500. Il fut tue a la bataille de Pavie. Voici (Hg. 36) le plan 
du rez-de-chaussee de cet hotel. 
La porte d'entree A, accompagnee de sa poterne a, s'ouvrait sur la 
rue des Bourdonnais; elle donnait entree dans une cour assez spacieuse, 
possedant pres de lentree un portique avec retour du cote droit. Au 
fond, selevait le logis principal. Sous une tourelle, portee sur deux 
colonnes a gauche, en B, etait un passage mettant la cour en communi- 
cation avec un jardin qui sietendait jusqifa la rue Tirechape, et qui. 
de ce cote, possedait une porte charretiere avec communs a droite et a 
gauche pour les equipages et chevaux. Un grand perron G donnait en- 
tree dans la grande salle D, dans l'escalier principal E, dans la salle F 
par la porte G et dans la petite piece voütee H, en descendant quelques 
marches. Gontinuanta descendre, on arrivait aux caves, bien voütees 
et spacieuses. Une autre porte I, avec perron et montoir K, permettait 
de penetrer directementdela cour dans les deuxpieces M et L. Un second 
escalier N, de service, montait aux etages superieurs et desservait meme 
les combles. En 0, etait une petite cour avec puits. Les cuisines etleurs 
dependances se trouvaient en P; elles etaient en grande partie detruites 
et enclavees dans une propriete voisine. Un portique R, se reliant a celui 
de Pentree du cote de la rue Tirechape, permettait de passer a couvert. 
de cette cuisine et des communs, dans le logis principal en traversant le 
palier inferieur de l'escalier de service, et diarriver ainsi a la satlle a man- 
ger D. La conciergerie etait disposee du cote de la rue Tirechape. en V. 
En Y, on decouvritunegout fort bien construit, qui autrefois conduisait 
les eaux pluviales et menageres sous cette rue. Au premier etage, la 
distribution du grand logis etait la meme que celle du rez-de-chaussee: 
le mur de refend b se trouvait cependant supprime, les deux salles l. 
et M protitaient de la largeur du passage B, et cette derniere donnait 
entree dans l'oratoire ou cabinet place dans la tourelle d'angle. Le por- 
tique Q ne formait, au premier, qu'une seule galerie coudee depuis le 
point S jusqu'au point T. Cette galerie, largement eclairee sur la cour, 
n'etait percee sur la rue que par trois petites fenetres. Le grand logis 
Lions. Place? aujourd'hui entre les mains d'un de nos confrbros les plus (iistingues, 
nous sommes assurmi qu'il sera restaurä avec le soin et le respect qu'1I mdriLc. 
Bailly.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.