Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Gable-Ouvrier]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128500
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1131419
 265   MAISON j 
Voici (fig. 26) une maison de Beauvais' qui presentait cette disposition. 
Au rez-de-chaussee etait un portique avec boutiques en arriere, ainsi 
qu'on en voit encore a Reimsg. Le premier etage sur la rue se compo- 
sait de deux pieces auxquelles on montait par un escalier a vis dispose 
au fond de l'allee A. Sous le comble etait une grande piece eelairee par 
deux lucarnes, une sur la rue, l'autre sur une petite cour. Cette habita- 
tion datait du commencement du xve siecle. ll existe encore quelques 
maisons de ce genre a Ürleans, sauf le portique. 
Apres la guerre de Pindependance, au xve siecle, lorsque les Anglais 
furent contraints dlabandonner le nord et l'ouest de la Fraince, il y eut, 
sous le regne de Louis XI, un mouvement prononce de prosperite au 
sein des populations urbaines. Des constructions privees seleverent en 
grand nombre, a Paris, a lteims, a Orleans, a Beauvais, a Itouen, dans 
toutes les cites de la Normandie, de la Picardie et de FIle-de-lfrance. 
Par suite de ce besoin de construire, le terrain acquit une valeur cou- 
siderable, et tout en laissant une circulation libre arez-de-chaussee, 
en supprimant meme les portiques, dont les piliers ou poteaux etaient 
un embarras, on posa les faeades en encorbellement sur la rue des le 
niveau du plancher du premier etage. Ces faeades devenaient ainsi 
de veritables breteches, larges et donnant aux etages jusquia 2 metres 
de saillie sur le nu du soubassement. Les devantures des boutiques 
etaient des lors parfaitement abritees. Ce sjfsteme de construction etait 
surtout admis au debouche des rues sur les places de marches, presque 
toujours entourees de portiques. 
On voit encore a Reims 3 une maison dont la faeade en pan de bois, 
parfaitement conservee du haut en bas, est ainsi portee en encorbelle- 
ment sur cinq fortes potences et est en saillie de 111565 sur la voie pu- 
blique (fig. 26 bis). Diun cote, un mur mitoyen A de pierre porte les 
cheminees, et sa jambe etriere reeoit deuxliens. De l'autre, la mitoyen- 
nete n'est etablie que par un simple pan de bois. Les statues de bois 
qui etaient rapportees surle poteau cornier du cote de la jambe etriere 
de pierre n'existent plus; mais les deux liens inferieurs extremes re- 
presentent sculptes, en demi-ronde bosse, d'un cote Samson tuant le 
lion, et de l'autre saint Michel terrassant le demon. Ce pan de bois de 
face, faisant breteche, puisqu'il prend unjour litteral, est taille avec une 
grande perfection; et il faut, en effet, que ses assemblages aient ete par- 
faitement disposes, puisque la charpente n'a pas subi de deformation, 
bien que dans toute sa hauteur il n'y ait pas de croix de Saint-Andrä- 
Les intervalles des poteaux sont bourdes en maconnerie et enduits. 
Voici egalement (fig. 27) une maison de Rouen en pan de bois, a quatre 
etages, un peu anterieure a la precedente, Üest-a-dire appartenant a la 
' Cette maison existait encore sur la place de Beauvif   
1s cote  
f D'une äpoque plus räcente. , Omemah en 1834 
' Place des Marchais.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.