Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Gable-Ouvrier]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128500
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1131315
 255  [ MAISON ] 
des XIV' et xv" siecles presque entierement construites en bois, dont la 
construction meritait d'etre etudiee, et qui avaient echappe aux incen- 
dies du xvi" siecle. Nous donnons (fig. 22) l'une d'elles, que nous clas- 
sons parmi les maisons du XIVe siecle. 
Sur un rez-de-chaussee eleve en gros blocs de pierre est posee une 
cpaisse enrayure de sapin, dont le troisieme rang forme plancher et 
deborde sur la face de maniere a porter en encorbellement le pan de 
bois du premier, compose sur la face anterieure de trois sablieres 
Superposees, jointives, sur lesquelles s'assemblent les montants. Deux 
poteaux corniers retiennent les extremites des trois sablieres. Laterale- 
ment, des pans de bois ordinaires, bourdes de moellon et mortier, for- 
ment murs mitoyens. Sur ce premier pan de bois, un second plancher 
en bascule recoit un second etage cgalement en pans de bois, surmonte 
d'un comble tres-saillant sur la rue, dont notre figure explique suffi- 
samment la combinaison. La saillie du comble sur le nu du mur du 
rez-de-chaussee est de 3'250 environ ; la faeade etait donc parfaitement 
mise a l'abri de la pluie et de la neige; ces habitations etaient ainsi 
appropriees au climat de cette contree, chaud en ete, tres-rude en 
hiver. Il est facile de reconnaitre que ces sortes de maisons de bois ne res- 
semblent point a celles elevees au nord de la Loire. Il y a la d'autres 
traditions et aussi d'autres besoins. Le citadin des villes du Lyonnais 
demandait moins de jour et un abri plus efficace. A Annonay, par 
exemple, on voulait non-seulement garantir les facades contre les 
bourrasques de neige, mais aussi les rues montueuses, de maniere ä 
faciliter la circulation des habitants en hiver. C'est qu'au moyen age, 
quoi qu'en aient pu dire les detracteurs de cette epoque, le citadin ne 
se renfermait pas dans cet egoisme brutal si general aujourd'hui; en 
elevant sa maison, il pensait aussi qu'il etait citoyen, il batissait pour 
lui et pour sa ville. De notre temps, les reglements de voirie sont eta- 
blis pour sauvegarder les interets communs. Alors les reglements de 
voirie etaient certainement moins complets et moins prevoyants, mais 
chaque citoyen pensait un peu plus a Finteret general et tenait a as- 
surer le bien-etre de tous. Or, cette alliance de l'internat general et de 
Finteret particulier, comprise par tous les habitants d'une meme ville, 
est plus intelligente que ne peuvent Petre les reglements les plus com- 
plets et les mieux executes. Au point de vue de l'art, le resultat est 
bien autrement interessant. Il en est de cela comme de la charite privee 
comparee a la charite publique. Si celle-ci est plus reguliere et peut- 
etre plus efficace, la premiere est plus däligate et intelligente. Mais 
nous n'avons pas a nous occuper de ce triste cote de notre civilisation 
moderne, qui semble avoir besoin d'etre journellement vantee pour se 
distraire de comparaisons fächeuses. Revenons a notre architecture 
domestique.  
Les constructions de maisons par empilages sont mieux earacterisees 
si nous nous rapprochons des Alpes. A, Nantua (Ain), on voit encore
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.