Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Gable-Ouvrier]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128500
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1130959
 219  [ MAISON ] 
etaient latins par tradition), ils exercaient une influence sur les con- 
structeurs charges d'elever leurs habitations, et, malgre Pantipathie 
qui existait entre les castes des conquerants venus dbutre-Rhin et les 
vieux Gaulois devenus latins, il semblerait qu'au contact de ces races 
plus pures, le Gallo-Romain se rappelät son origine, reprit peu a peu 
les goüts natifs, reagissant contre l'inlluence si longtemps subie des 
arts romains et que, dans ses habitations, il se plut a composer un 
art qui füt a lui. Aussi, au XIIE siecle deja, les maisons des citadins ne 
ressemblent nullement aux batiments d'habitation des mouasteres; 
C'est un autre art, ce sont d'autres methodes de construire. L'archi- 
tecture civile se forme avec Fetablissement des communes; elle prend 
une allure independante comme le chateau feodal, qui, de son cote, 
seloigne de plus en plus de la villa romaine, aux traditions de laquelle 
les abbayes seules restent tideles. ll est toujours interessant de voir 
Comment, chez les populations livrees aleurs instincts, les arts, et l'ar- 
chitecture en particulier, reiletent les tendances des esprits. 
Au xue siecle, l'architecture monastique, arrivee a son apogee, ne 
progresse plus. Saint Bernard essaye de lui rendre la signification 
qu'elle perd chaque jour, en lui imposant la simplicite comme pre- 
miere condition; mais, apres lui, cet art puritain, qu'il a pretendu 
donner comme type des etablissements religieux, est entraine dans 
le torrent commun. L'architecture militaire feodale et l'architecture 
domestique au contraire se developpent avec une prodigieuse aetivite; 
les vieux restes des arts romains sont decidement mis de cote, et les 
bourgeois, comme les seigneurs, veulent avoir un art flexible qui se 
prete a toutes les exigences des habitudes changeantes d'une societe. 
Des que le pouvoir des etahlissements religieux s'ali'aiblit, l'esprit mu- 
nicipal et politique se revele, et le siecle n'est pas encore acheve, que 
tous les travaux d'art et (l'industrie sont entre les mains de ces gens de 
ville qui, cinquante ans plus tot, devaient tous demander aux couvents 
depuis le plan du palais jusqu'aux serrures des portes. 
Il serait du plus haut interetdeposseder encore aujourd'hui quelques- 
Llncs de ces Inaisons du x12 siecle, (fest-a-dire de Pepoque ou les tradi- 
tions gallo-romaiues, encore assez entieres, et gauloises primitives, se 
melangeaient si etrangement avec les formes d'architecture importees 
Par les peuples du nord de la Germanie et par les Normands. Nous 
n'avons sur ces temps que les documents tics-imparfaits donnes par 
les manuscrits; ils nous permettent toutefois de constater la presence 
de ces ouvrages de bois qui n'ont guere d'analogie qu'avec quelques 
anciennes charpenteries d11 Danemark, du Tyrol et de la Suisse 1.  
L'aspect de la maison de ville francaise de la ün du x1" siecle et du 
' Il faut. dire toutefois que lk-Slämcnt. slave a modiüä profondäment ces constrllCf-IOÜÜ 
dans le Tyrol; cependant on y reconnait encore la trace de ces charpentes mdü-germa" 
niques caractfärisäes dans les monuments nxanuscrits,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.