Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Gable-Ouvrier]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128500
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1130904
MAISON 
2M 
MAISON, s. f. (blason, Izostel; petite maison : borde, bordel, nbitatfle"). Il 
faut distinguer les maisons des villes des maisons des champsnnais 
ces dernieres ne sauraient etre confondues avec les manciirs. La veri- 
table maison des champs est celle du colon,du paysan, de la famille 
attachee a la terre seigneuriale. Quant aux maisons des villes,celles 
des seigneurs ont un caractere particulier. Nous les rangeons dans les 
palais ou les hotelsl. Il est vrai que, jusqu'au xne siecle, la noblesse 
ifhabitait guere les villes, et les moeurs des conquerants du sol des 
Gaules se conserveront longtemps chez leurs descendants. 
Les habitations des Gallo-Romains ne purent etre modiliees imme- 
diatement apres les invasions des ve et vie siecles. Les nouveaux posses- 
seurs du territoire ne songerent pas, vraisemblablement, a faire batir 
des maisons sur une forme nouvelle, ils occuperont les ziillw romaines; 
car, vivant aux champs plus volontiers que dans les cites, s'ils y fai- 
saient construire des habitations pour leurs colons ou leurs serfs, ces 
maisons devaient necessairement conserver la forme consacree par une 
longue habitude. 
Dans l'art de l'architecture, la maison est certainement ce qui carac- 
terise le mieux les moeurs, les goüts et les usages d'une population; 
son ordonnance, comme sa distribution, ne se modifie qu'a la longue, 
et si puissants que soient des conquerants, leur tyrannie ne va jamais 
jusque tenter de changer la forme des habitations du peuple conquis. 
1l arrive au contraire que Penvahisseur se plie, en ce qui concerne les 
habitations, aux usages du vaincu, surtout si celui-ci est plus civilise. 
Cependant le nouveau venu introduit peu a peu dans ces usages des 
modifications qui tiennent a son caractere et a ses traditions; il s'em- 
blit un compromis entre les deux principes en presence, et, un siecle 
ou deux ecoules, l'habitation laissee par le premier possesseur du sol 
s'est peu a peu transformec. Toutefois il ne faudrait pas croire que ces 
transformations soient telles qu'elles ne laissent subsister des traces 
tres-apparentes des habitudes, et par consequent de la structure pri- 
mitive. Des les premiers siecles du moyen age, (fcst-a-dire pendant 
Pepoque carlovingienne, la demeure des champs du Franeais prend un 
caractere de defense. Quant 51 la maison des villes, occupant un espace 
plus etroit par suite de la necessite oü l'on se trouvait d'enceindre ces 
villes de murailles, elle dut necessaiirement abandonner dans bien des 
circonstances les dispositions etendues a rez-dc-chaussee, pour super- 
poser des etages afin de trouver en hauteur l'espace qui lui manquait 
en surface. Si les Romains nemployaient pas le bois a profusion lors- 
(IÜÜIS COIIStruisaient des maisons pour eux, il est certain que les popu- 
lations des Gaules ne cesseront jamais de se servir de cette matiere : 
peut-etre donnerent-elles, pendant la domination romaine, une im 
portance plus grande aux constructions de maconnerie; mais, sous 
f Voyez, pour les hütcls, 
la iin 
article 
sur les maisons 
les villes.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.