Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Gable-Ouvrier]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128500
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1130677
 1191  [ LUUARNE ] 
bel exemple de ce genre de construction dans le Chäteau de Josselin, 
en Bretagne (figure 4), dont Feditication date des dernieres annees 
du xve siecle. La, le faitage des lucarnes est au niveau du faitage du 
comble; leur face est decoree de sculptures, de chiffres, devises et 
armoiries; les baies sont larges, munies de meneaux, les gables hauts 
et ilanques de pinacles. La balustrade est posee sur le bord d'un che- 
neau jetant ses eaux par une gargouille entre chacune des lucarnes. 
Dans l'otage mansarde superieur, les lucarnes formaient comme des 
cabinets bien eclaires, dans lesquels on pouvait se tenir pour travailler 
Oujouir de la vue de la campagne. L'aspect pittoresque que donnaient 
Ces grandes lucarnes aux faeades des logis engagea les constructeurs 
ä leur accorder de plus en plus d'importance; elles devinrent quelque- 
fois la partie principale de la decoration, vers la fin du xvf siecle et le 
Commencement du xvie, ainsi qu'on peut le voir encore au palais de 
justice de Rouen, ou il semble que les faeades ne sont faites que pour 
les lucarnes, puisque leur composition part du sol de la cour. Dans 
des proportions plus modestes on voit encore de belles lucarnes du 
Commencement du XVlc siecle a Fhotel de Cluny a Paris, a l'hotel de 
ville de Gompiegne; sur des maisons de Tours, de Bourges, d'Orleans 
et de Caen; sur Fhotel de ville de Saumur, etc.Les lucarnes du chateau 
de Josselin, comme celles du palais de justice de Houen, sont de veri- 
tables pignons masquant des combles penetrant a angle droit le toit 
principal. Dans ce cas elles servent meme a maintenir la poussee des char- 
pentes, lorsque celles-ci sont depourvues d'entraits a leur base, ou du 
moins elles rompentcette poussee, sur les murs goutterots, de distance 
en distance, et donnent a ces murs, par leur poids, une grande stabilite. 
Les lucarnes de charpente, petites et modestes pendant les X111" et 
XIVe siecles, prennent de meme beaucoup d'importance pendant le 
Xvesiecle; comme les lucarnes a face de pierre, elles n'apparaissent, 
dans l'architecture du moyen age, qu'au moment oii les combles ces- 
sent d'etre plats et sont traces au moins d'apres une pente de 45". 
Alors elles sont posees, non sur les bahuts de ces combles, mais sur 
leurs chevrons, pour eclairer des galetas. Toujours elles sont bien com- 
binees comme charpente etd'une forme gracieuse, contrairement a ce 
qui se pratique aujourd'hui. 
Les plus anciennes lucarnes de bois que nous connaissions ne sont, 
ä proprement parler, que de grandscltieozs assis, faits pour donner de 
l'air et de la lumiere dans les greniers, mais qui ne pouvaient point 
recevoir de chassis vitres; elles sont taillecs dans de grosses pieces de 
Charpente et couvertes avec de la tuile, de l'ardoise ou du plomb. llen 
existait sur le comble incendie de la cathedrale de Ghartres, qui datait 
du X111" siecle. Voici (fig. 5) quelle etait leur structure. Deux lineoirs A 
formaient un jour rectangulaire, comprenant deux intervalles de che- 
vrons. Sur les chevrons B sasseinblaient deux potences D recevant la 
devanture E a leur extremite, et de petits entraits avec chevrons F. De
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.