Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Gable-Ouvrier]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128500
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1130555
 179  l_ LOGE ] 
stance naturelle, elles tendent il se separer. Il est donc important de 
poser les pierres sur leur lit de carriäre, cfest-a-dire conformement 
äleur position geologique. Cependant les Romainset les constructeurs 
du moyen age ne se sont pas fait faute demployerlcs calcaires en delitv, 
mais alors ils choisissaient avec soin ceux qui pouvaient sans danger 
prendre cette position. (Voy. ÜONSTRUCTION, JOINT.) 
LOGE, s. f. Piece ou portion de galerie, dependant d'un editice pu- 
blic ou prive, elevee au-dessus du sol exterieur et s'ouvrant largement 
sur le dehors, sans vitrines ou fermetures a demeure. La loge ressemble 
d'une part au portique, deFautrea la breteche; cependant il faut la dis- 
tinguer de ces deux membres d'architecture.La loge differe du portique 
en ce qu'elle est elevee au-dessus de la voie publique, possede une entree 
particulier-e, etque sa longueur est bornee, tandis que le portique est une 
galerie couverte dont la longueur est indeterminee. Laloge, tenant a des 
maisons, differe de la breteche en ce pointimportant qu'elle est ouverte 
aux intemperies, en dehors des appartements, tandis que la breteche 
est fermee par des vitres ou volets et ajoute aux pieces une annexe sail- 
lante sur la voie publique. L'architecture franeaise du moyen agc n'ad- 
mettait guere la loge que dans les provinces meridionales, oü elle pou- 
vait avoir une certaine utilite. Dans nos climats, on preferziit toujours 
une piece fermee a ces salles ouvertes a tous vents, si frequentes dans 
les villes italiennes des X1118 et XIVe siecles. Lesmunicipalites italiennes 
elevaient volontiers ces editices propres aux reunions de citoyens, cou- 
verts par des voütes ou des lambris pour eviter les rayons du soleil. 
Uetait dans ces loges que les marchands venaient s'entretenir de leurs 
affaires, comme aujourd'hui dans les bourses et cercles. On concevra 
facilement qu'en France les parla-ifs, qui correspondent aux grandes 
loges d'ltalie, devaient etre clos neuf mois sur douze; des lors ils 
Ifetaient que des salles plus ou moins vastes. De meme aussi, dans nos 
maisons, il etait rare de trouver sous les combles ces loges que l'usage 
a fait ouvrir au sommet des habitations italiennes, et qui sont dispo- 
Sees pour respirer l'air frais du soir. Cependant la loge n'etait pas abso- 
lument bannie de nos habitations du Nord. Il existait encore, ily a peu 
(Yannees, sur la place de la cathedrale de Laon, une petite maison 
du xme siecle, dependant autrefois du chapitre, qui possedait une loge 
a la base de son comble, disposee en appentis et interrompue aux angles 
Pal" des echauguettes. 
La ligure l donne Felevation perspective dela faoade de cette maison. 
A la base du pignon, eleve en retraite, etait pratiquee une loge de char- 
pente qui se retournait sur les deux murs goutterots et passait alors sous 
le comble. (Ietait comme un chemin de ronde avec ses echziuguettes. 
La figure 2 presente en A le plan de la faeade de la maison, a letage 
Sous la loge, et en B,le plan de cetteloge. Les loges voisines du comble 
prenaient le nom de soliers, comme les combles eux-moines; elles ser-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.