Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Gable-Ouvrier]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128500
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1130500
LAVATOIRE 
174 
tait au caractere de grandeur du monument maigre sa petite dimension. 
L'abbaye de Saint-Denis possedait une fort belle vasque dans son 
cloitre qui servait aux ablutions des moines; cette vasque, (leposee 
aujourd'hui au milieu de la seconde courde l'Ee0le des Beaux-Arts, date 
du X1110 siecle; elle est d'un profil remarquable, et presente tout autour, 
entre chaque goulotte, une tete sculptee d'un beau style  Lorsque les 
moines ne pouvaient amener l'eau dans une vasque pourles ablutions 
journalieres, ils se contentaient d'un puits avec une auge circulaire ou 
semi-circulaire? autour ou a proximite. 
Cependant, en Espagne, les couvents possedaient des lavabos magni- 
fiques. Le voisinage des etablissements arabes, dans lesquels l'abon- 
dance de l'eau etait consideree comme une necessite du premier ordre, 
avait dü exercer une certaine influence sur les constructions des cloi- 
tres. C'est aussi dans les monasteres du midi de la France qu'on trou- 
vait autrefois les lavabos les mieux disposes et les plus spacieux. ll est 
a regretter que ces salles, qui se pretaient si bien aux compositions 
architectoniques, aient ete detruites partout, des avant la fin du der- 
nier siecle, par les moines eux-memes, qui ne se soumettaient plus 
a l'usage de se laver au meme moment et ensemble. Les lavabos con- 
sistaient seulement parfois en une grande auge de marbre, de pierre ou 
de bronze, placee a Tentree du refectoire. (Voyez dans le Dictionnaire 
du mobilier, l'article LAVOIR.)  
LAVATOIRE, s. m. Auge placee dans une salle pres du cloitre des mo- 
nasteres, et servant a deposer et laver les morts avant leur ensevelis- 
sement. 
L'usage de laver les morts avant de les enterrer est une pratique qui 
remonte a l'antiquite3 et qui s'est conservee jusqull la lin du (lvrnier 
siecle dans quelques provinces, comme le pays basque, par exemple, 
les environs dlävranches et le Vivarais. Le sieur de Moleon4 (lecrit ainsi 
le lavatoire de l'abbaye de Cluny : a Au milieu d'une chapelle fort spa- 
(ccieuse et fort longue, ou l'on entre du cloitre dans le chapitre, est le 
a lavatoire, qui est une pierre longue de six ou sept pieds, creusfie 
a environ de sept ou huit pouces de profondeur, avec un oreiller de 
a pierre qui est d'une meme pieee que l'ange, et un trou au boutdu 
a cote des pieds, par ou sccoulait l'eau apres qu'on avait lave le mort. n 
L'auteur donne un figure de ce lavatoire, que nous presentons ici 
(fig. i); il ajoute qu'il y avait des pierres semblables dans Phopital de 
la ville de Gluny, dans le chapitre de Feglise cathedrale de Lyon, dans 
Lfäon Gau- 
f Voyez la gravure de cette vasque dans les Exemples de dficoration de M. Lfäo 
chcrct. 
i Voyez le cloitrc de la cathädrale de Gimnc. 
a Voyez les Actes des apdtres, chap. 1x.  Sidoine Apollinairo, 11v. III, lettre m. 
4 Voyages liturgiques en France. Paris, 1718.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.