Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Gable-Ouvrier]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128500
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1130469
LAVABO 
170 
venons de donner dans la figure precedente s'ouvrent (igalement 
vers le nord. Ces precziutions minutieuses apportees 51 la construction 
de ces parties importantes des habitations font place, vers la fin du 
XVIe siecle, ä une negligence extreme. Mais c'est qu'alors on se preoc- 
cupait avant tout de faire ce (pfon appelait de belles ordonnances 
syrnetriques; que le bien-etre des habitants d'un palais ou (lune mai- 
son, ce que nous appelons le confort, etait soumis a des conditions 
architectoniques plutot faites pour des dieux que pour de simples mor- 
tels. En finissant, nous ne devons pas omettre de premunii- nos lec- 
teurs contre les recits dbubliettes que font tous les cicerovze charges 
de guider les amateurs de ruines feodales. Dix-neuf fois sur vingt, ces 
oubliettes, qui emeuvent si vivement les visiteurs des chateaux du 
moyen age, sont de vulgaires latrines, comme certaines chambres de 
torture sont des cuisines. Plusieurs fois nous avons fait vidanger des 
fosses de chäteau que l'on considerait, avec une respectueuse terreur, 
comme ayant englouti de malheureux humains; lue-les a beaucoup de 
poudrette, on y trouvait quantite d'os de lapin ou de lievre, (Iuelques 
pieces de monnaie, des tessons et des momies de chats en abondance. 
LAVABO, s. m. Grande vasque de pierre ou de marbre repandant l'eau 
par une quantite de petits orifices pcrces autour de ses bords, dans 
un bassin inferieur, et destinee aux ablutions; par extension, lenom de 
lavabo a etc donne a la salle ou a l'aire au milieu de laquelle selevait 
la fontaine. La plupart des cloitres de religieux possedaient un lavabo. 
Quelquefois le lavabo etait pose au centre du preau, a ciel ouvert; plus 
frequemment le long d'une des galeries du eloitre ou dans un angle, et 
alors le lavabo etait couvert: detait une annexe du cloitre vers laquelle 
les religieux se dirigeaient avant d'entrer au refectoire et en revenant 
des travaux des champs, quand ils travaillaient aux champs. Les cister- 
ciens, qui, au X110 siecle, se piquaientderevenir auxpremiertls rigueurs 
de la vie monastique, qui excluaiient de leurs couvents tout luxe, toute 
superfluite, avaient cependant construit des lavabos dans leurs cloitres, 
disposes non point comme un motif de decoration, mais comme un objet 
de premiere necessitmLGest qu'en effetles cisterciens du xut siecle s'oc- 
cupaient a de rudes "travaux manuels; il leur fallait, avant d'entrer a 
Peglise ou au refectoire, laverlcs souillures qui couvraient leurs mains. 
Aussi voyons-nous que les lavabos des monasteres cisterciens sont. une 
partie importante du cloitre. L'abbaye de Poutigny possedait un lavabo 
dont la cuve existe encore; celle du Thoronet (Var), xne siecle, possede 
au contraire Pedicule qui contenait la cuve, tandis que celle-cia disparu. 
Voici (fig. l) le plan de celavabo. C'est une salle hexagonale tenant a 
la galerie du cloitrc qui longe le refectoire; les religieux entraient dans 
la salle par une porte et sortaient par l'autre, de maniere a eviter tout 
(lesordre: ils se rangeaient ainsi autour du bassin au nombre de six 
ou huit, pour faire leurs ablutions.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.