Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Gable-Ouvrier]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128500
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128840
[ GALERIE ]  8  
sous; ses rampants sont garnis de redents delicats, qui ont remplace 
les crochets, comme au portail meridional de la cathedrale de Paris. 
Au xve siecle, les rampants des gäbles deviennent plus aigus encore, 
plus c-pais, plus charges de moulures, et les dccoupures interieures 
plus ajourees ct plus maigres. A la fin du xvf siccle, souvent les ram- 
pants des gäblcs forment des angles curviligncs concaves, en manierc 
(Yaccolades allongces, au-clessus des archivoltes. (Voy. CONTRE-COURBE; 
CONSTRUCTION, Hg. 106, 108; FENFJTRE, fig. 19, QG; FLECIIE, fig. 4, 6; 
LUCARNE, PIGNON.) 
GALERIE, s. f. Passage couvert, de plain-pied, donnant a Finterieur 
ou a Pexttirietir, servant de communication d'un lieu a un autre, de 
circulation, aux differents etages d'un ediiice. C'est plutot l'aspect mo- 
numental que le plus ou moins de largeur et de hauteur qui fait donner 
le nom de galerie a un passage. La denomination de galerie entraine 
avec elle Fidee d'un promenoir etroit relativement a sa longueur, mais 
decore avec une certaine richesse. On donne aussi le nom de galerie 
a tout passage de service, tres-etroit d'ailleurs, mais trcs-apparent et 
faisant partie de l'architecture d'un edifice. On dit la galerie des Rois a 
Notre-Dame, la galerie des latäraum de la catherlrale de Bouen, bien 
que cette derniere galerie ne soit qu'un tres-facheux passage. Quant 
aux galeries qui surmontent les bas cotes dans les eglises, les archeo- 
logues sont convenus de leur donner le nom de triforium, que nous 
leur conserverons sans discuter la valeur de cette denomination. 
Nous diviserons les galeries en galeries de service, contribuant a la 
decoration exterieure ou interieure des monuments, et en galeries pro- 
menoirs, dans les chateaux ou les edifices publics ou prives. 
Les architectes du moyen age etablissaient, dans leurs grands 1no- 
numents, des couloirs de service a differentes hauteurs, afin de rendre 
la surveillance et l'entretien faciles. Les hautes facades des catho- 
drales, par exemple, etaient divisees en plusieurs etages de galeries 
qui permettaient de communiquer de Pinterieur a Fexterieur, d'entre- 
tenir les parements, de reparer les vitres des roses, et de decorer au 
besoin les faoades, a l'aide de tentures, lors des grandes ceremonies. 
Nos cathedrales frangaises du Nord, battes vers le commencement 
du X1118 siecle, celles dont les faeades ont ete terminees, sont decorees 
de galeries superposees. A Notre-Dame de Paris, la facade, qui a etc 
construite entre les annees 10210 et 1225, presente, au-dessus des trois 
portails, une premiere galerie, fort riche, dont les entre-eolonnements 
sont remplis de statues colossales des rois de Juda. Cette galerie est 
un veritable portique couvert par un plafond de dalles epaisses. Au- 
dessus est la galerie de la Vierge, sous la rose; celle-ci est deqouverte 
et n'est qu'une terrasse munie d'une balustrade. Une troisieme galerie, 
en maniere de portique tres-svelte et tres-riche, ceint la base des deux 
tours et les reunit. Sur la faqade de Notre-Dame d'Amiens, au-dessus
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.