Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Gable-Ouvrier]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128500
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1130391
163 
LATRINES 
rnissait äpais il cüLü. de cette surface courbe, on arriva 51 profiler Prax- 
irdwmitä du lnrnlicr, le coupc-larnle, suivant le tram? (fig. 5), vers la {in 
du xve siäcle. Le larrnier persiste longtemps encore dans l'architecture 
de la renaissance; c'est qu'en effet ce profil ätait ccrtaixxement le plus 
XÄÄSXKY   
XXXXXX 
X 
O N 
 N 
DPOpre ä garantir les parements sous un climat ou les pluies sont fro- 
quentos. En rogle gonäralo, le filet B du larmier (fig. 2) est toujours 
lracci ä angle droit avec la ligne du talus. Les larmiers sont puissants 
0L äpais dans l'architecture du xui" sibclc do Flle-de-France; ils sont 
plus fins et moins hauts en Champagne ; ils ne se voient qu'asscz tard 
(vers la seconde moitie? du X1110 sioclo) en Bourgogne, et alors ils aHec- 
tout toujours la forme d'une dalle talutoe avec une mouchotte profonde 
sous le talus (voy. PROFIL). 
LATRINES, s. f. (prive, retrait). Le mot latrines ne s'emploie qu'au 
pluriel. On admet volontiers que nos JITBÜX, dans leurs maisons, palais 
Ot chätteaux, n'avaient aucune de ces commodites dont aujourd'hui on 
ne saurait se passer (dans les villes du Nord au moins); et, de ce qu'a 
Versailles les seigneurs de la COUP de Louis XIV se trouvaient dans la 
necessite de se mettre a leur aise dans les corridors faute de cabinets; 
on en deduit, en faisant une regle de proportion, que chez les ducs de 
Bourgogne ou dUrleans, au XVe sieole, on ne prenait meme pas tant 
de precautionsl. 
Cependant, si les chäteaux du moyen ftge ne presentaient pas des 
filläildes arrangees par belle syonätrie, des colonnades et des frontons, ils 
Dfässedztient des latrines pour les nobles seigneurs comme pour la gar- 
nison et les valets; ils en possedaient autant quiil en fallait et tres-bien 
' Cette negligence il satisfaire aux necessiteis de notre nature physique etait pousses 
lres-loin dans le temps ou l'on songeait surtout in faire de l'architecture noble. Non-seule- 
ment le chäteau de Versailles, ou residait la cour pendant le Xvme siäcle, ne renfemlflil 
quiun nombre tellement restreint de [n-ives, que tous les personnages de la cour devaient 
IIYOir des chaises percdes dans leurs garde-robes; mais des palais beaucoup moins vastes 
n'en possäilzlient point. l] n'y a pas fort longtemps que tous les appartements des Tuileries 
fitaicnt ddpourvus clc cabinets, si bien qu'il flillait chaque nlatin faire faire une vidange
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.