Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Gable-Ouvrier]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128500
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1130273
 151  [ KEMINEE ] 
rennes. Ces elus sont representes imberbes,jeunes et souriants ; ils regar- 
dentle Christ. A la gauche, un demon pousse une foule d'armes en- 
chainees portant ehacunele costume deleur etat. Les expressions de ces 
personnages sont rendues avec un rare talent; la terreur, le desespoir, 
se peignent sur leurs traits. Dans la partie superieure est, au centre, 
le Christ fassis, demi-nu, qui montre ses plaies; deux anges debout, 
a droite et a gauche, tiennent les instruments de la passion; puis 
sont places a genoux, implorant le Sauveur, la Vierge et saint Jean. 
Les voussures du cote des damnes sont occupees, a la partie infe- 
rieure, par des seenes de l'enfer, et, du cote des elus, par un ange et 
les patriarches, parmi lesquels on voit Abraham tenant des ämes dans 
son giron; puis des elus groupes. Cette sculpture remarquable date 
de 12210 a 1215; elle etait entierement peinte et dorec. 
Nous trouvons le meme sujet represente a la cathedrale de Ghartres, 
a Amiens, a Reims, a Bordeaux. Mais, dans ces derniers bas-reliefs, 
les aines sont representees nues generalement, sauf celles des elus, 
et les compositions sont loin de valoir celle de Notre-Dame de Paris. Le 
sentiment dramatique est deja exagcre, les groupes sont confus, les 
damnes grimaeants, les demons plus ridicules qweffrayants. Presque 
toujours llentree de l'enfer est representee par une gueule enorme 
vomissant des flammes au milieu desquelles des demons plongent 
les damnes. Au XIVÜ siecle, ce sujet, bien que frequemment represente, 
perd beaucoup de son importance; les figures, trop nombreuses, 
sont petites, et les artistes, en cherchant la realite, en multipliant les 
scenes, les personnages, ont enleve a leur sculpture ce caractere de 
grandeur si bien trace a Paris. On voit des bas-reliefs representant 
le Jugement dernier sur le tympan du portail des Libraires a la cathe- 
dralc de Rouen, sur la porte principale de Feglise Saint-Urbain de 
Troyes, qui datent du XIV" siecle, et qui, par leurs details, sinon par 
l'ensemble, preseutent encore des sculptures traitees avec une rare 
habilete. Des vitraux de roses etaient souvent occupes par des scenes 
du Jugement dernier des le commencement du X111" siecle. Celles de la 
rose de Teglise de Mantes, qui appartiennent a cette epoque, sont fort 
belles. La rose sud de la cathedrzile de Sens (XVle siecle) presente d'as- 
sez bonnes peintures de ce meme sujet. Mais les meilleures peintures 
sur verre du Jugement dernier, de lepoque de la renaissance, sont 
celles de la sainte Chapelle du chateau de Vincennes, attribuees a Jean 
Cousin. ll existe aussi quelques peintures murales du Jugement der- 
nier en France; nous mentionnerons particulierement celles de la 
cathedrale dlltlby, qui datent de la lin du xve siecle. 
T fa; 
KARNEL, 
VOy. CRENEAU. 
KEMINEE, s. 
Voy. CHEMINEE. 
j" 
Il
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.