Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Gable-Ouvrier]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128500
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128804
GABLE 
ainsi que les bouts de corniches et de bahuts manquants. Des tuyaux 
inenages dans les piles D (voyez le trace B) jetaient les eaux des che- 
neaux E dans les gargouilles C, qui avaient ainsi etc utilisces avec 
les couvertures provisoires et avec les couvertures delinitives. Mais les 
yeux setaient habitues a voir ces galalcs de bois surmontant les forme- 
rets des voütes, interrompant les lignes horizontales des corniches et 
bahuts. Lorsqu'on les enlevait, souvent les couronnements des edilices 
acheves devaient paraitre froids et pauvres ; les architectes eurent donc 
Fidee de substituer a ces constructions provisoires, dont l'effet etait 
agreable, des gables de pierre. C'est ce que Pierre de Montereau fit a 
la sainte Chapelle de Paris des 1245  Cet exemple fut suivi frequcm- 
ment vers la fin du X1112 siecle, et notamment autour du chmur de 121 
cathedrale d'Amiens; puis, plus tard, il Colognc. 
Pendant la seconde moitie du X1116 siecle, les gables de pierre devin- 
rent ainsi un motif de decoration souvent employe. Les portails nord 
et sud du transsept de la cathedrale de Paris, dont la construction 
date de 1'257, sont surmontes de gäbles qui ne remplissent aucune 
fonction utile, mais qui terminent les archivoltes par de grands trian- 
gles en partie ajoures, rompant la monotonie des lignes horizontales 
de ces immenses pignons.  
Voici (fig. 3) le gäble du portail meridional de Notre-Dame de Paris. La 
balustrade et la galerie passent derriere ce gable, qui n'est autre chose 
qu'un mur triangulaire isole, de 0'233 düäpaisseur. D'autres gables, plus 
petits, surmontent les niches qui accompagnent ce portail, et forment 
ainsi une grande dentelure a la base de Fediüce. Nous avons dit ail- 
leurs? comment les constructeurs du moyen age setaient servis de ces 
gables decoratifs pour charger les sommets des arcs-formerets et em- 
pecher leur gauchissement. 
Les trois portails de la cathedrale dlAmiens, n'es-profonds, compris 
entre de larges contre-forts saillants, sont couverts par des combles a 
double pente fermes par des gables pleins, donnant un angle presque 
droit au sommet et decores seulement par des crochets rampants et un 
fleuron de couronnement. A la cathedrale de Laon, la meme disposi- 
tion a me adoptee; mais l'architecte de la faeade de la cathedrale de 
Heims, vers 1260, voulut, tout en conservant ce principe, donner aux 
gäbles des trois portails une richesse sans egale. 
Le gable du portail central (fig. 4) represente le Couronnement de la 
Vierge, de grandeur colossale, surmonte d'une succession de dais s'em- 
geant, en maniere de gradins, jusqu'au sommet du triangle. La sta- 
tuaire est ronde bosse; les saillies sont prononcees au point de faire 
presque oublier la forme primitive du gable. Ici les lignes de l'architec- 
ture sont detruites par la sculpture. 
4 Voyez FENETRE, fig. 19. 
f Voyez Conswnucnow, Hg.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.