Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Gable-Ouvrier]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128500
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1129931
 M7  fHÜTEL-DIEU "l 
etait suspendu un appentis tres-saillant ( si l'on en juge par ses amor- 
ces et les entailles de la charpente), qui servait d'abri aux chariots 
amenant les malades. Pourfusage ordinaire, on se contentait de pas- 
ser par la petite porte. Sur les dehors, au contraire, cette salle de ma- 
lades etait 1aercee de deux rangs de larges fenetres disposees de telle 
facon que celles du bas eclairaient des cellules de bois, semblables 
a celles defhopital de Tonnerre, et celles du haut s 'ouvraieut sur une 
galerie, a laquelle on montait par un escalier manage dans la traveeI 
(voy. le plan) depourvue de fenetre. A Tonnerre, l'intervalle entre 
chaque cloison est de deux toises (3295) g meme espace entre les axes 
des contres-forts de la salle du Tortoir(voy. fig. 12, un angle de la face 
de la salle du cote exterieur). En supposant les cloisons des cellules de 
la memeprofondeur que celles de Fhopitalde Tonnerre, et placant sepl. 
cloisons dans l'axe de chaque contre-fort, la salle ayant 10 metres de 
large, il restait 6 metres pour la circulation du cote de Fentree, en de- 
hors des cellules (voy. le plan), et l'on pouvait placer sept lits dans 
celles-ci, l'escalier de la galerie prenant la place d'une cellule. Or ce 
nombre de septlits esttres-frequemment admis dans ces petits etablis- 
sements de charite. Si nous nous rappelons que les maladreries etaient 
specialement reservees aux malheureux alfectes de maladies conta- 
gieuses, et que des precaiutions minutieuses etaient prises non-seule- 
mentpourles separer des populations. mais aussi pour les isoler entre 
eux, nous comprendrons ici cette disposition des'cellules avec fenetres, 
qui permettaient a ces pauvres gens de voir la campagne et de se 
rechauffer aux premiers rayons du soleil, car ces fenetres donnent au 
levant. Elles etaient d'ailleurs munies de volets a Finterieur, de ma- 
niere a eviter la trop grande chaleur. Un chemin de ronde avec machi- 
coulis reunissait les batiments, et ctait mis en communication, par des 
portes percees dans les pignons, avec la galerie interieure. Un fosse 
entourait l'enceinte, ainsi qu'on peut le reconnaitre en examinant 
les soubassements exterieurs de la grande salle. On n'arrivait au som- 
met des quatre tourelles que parla galerie et des echelles posees dans 
ces tourelles servant dechauguettes. 
Le moyen äge montrait donc dans la composition de ces etablis- 
sements de bienfaisance l'esprit ingenieux qu'on lui accorde dans la 
construction des monuments religieux. C'est un singulier prejuge, 
en effet, de vouloir que ces architectes eussent etc si subtils lorsqu'il 
s'agissait d'elever des eglises, et en meme temps si grossiers lorsqu'il 
fallait clever des edifices civils. Ce n'est pas leur faute si l'on a detruit, 
depuisle xv" sieele, la plupart de ces etablissements de bienfaisance 
divfises a l'infini, mais generalement bien disposes d'ailleurs, pour les 
remplacer par des hopitaux dans lesquels, au contraire, on a cherche, 
peut-etre a tort. a concentrer le plus grand nombre de malades pos- 
sible. Louis XIV, le grand niveleur de toute chose et de tout etat en 
France, a gratifie les hopitaux eleves sous son regne des biens de ces
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.