Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1123245
DONJON 
les grands machicoulis de la facade (fig. 7) datent-ils du regne de ce 
prince, car les arcs de ces machicoulis, que nous avons figures plein 
cintre, sont des arcs brises sur le dessin de 1708, trace incorrect d'ail- 
leurs, puisqu'il n'indique pas avec exactitude les parties de la con- 
struction que nous voyons encore debout. Quant aux dispositions 
generales, quant au systeme de degagements, d'escaliers, avec un peu 
de soin on en reconnait parfaitement les traces : c'est en cela que le 
donjon d'Arques, qui jamais ne fut pris de vive force, est un edifice 
militaire du plus haut interet, et, malgre son etat de ruine, beaucoup 
plus complet, au pointde vue de la defense, que ne le sont les celebres 
donjons de Loches, de Montrichard, de Beaugency, construits a peu 
pres sur les memes donnees. Ce qui fait surtout du donjon d'Arques 
un type complet, c'est sa position dans le plan du chateau : protege 
par les courtines de la place et deuxtours, il commande cependant les 
dehors; il possede sa porte" de secours exterieure bien defendue; il 
protege l'enceinte, mais aussi il peut la battre au besoin avec succes; 
il est absolument inattaquable par la sape, seul moyen employe alors 
pour renverser des murailles; il permet de renfermer et de maintenir 
une garnison peu süre, car ses defenseurs ne peuvent agir qu'en aveu- 
gles et sur le point qui leur est assigne. Une trahison, une surprise 
rfetaient pas praticables, puisque, une partie du donjon prise, il deve- 
nait facile a quelques hommes determines de couper les communica- 
tions, de renfermer Fassaillant, de Pecraser avant qu'il se fut reconnu. 
Gomme derniere ressource, le commandant et ses hommes devoues 
pouvaient encore s'echapper. Le feu seul pouvait avoir raison de cette 
forteresse; mais quand on considere la largeur des fosses du chateau 
creuses au sommet d'une colline, Felevation des murs, l'absence d'ou- 
vertures exterieures, on ne comprend pas comment un assaillant aurait 
pu jeter des matieres incendiaires sur les combles, d'autant qu'il lui 
etait difficile de s'etablir a une distance convenable pour faire agir ses 
machines de jet avec succes. 
Les donjons normands et les donjons romansfenvgeneralfsont-elü 
ves sur plan rectangulaire : c'est une habitation fortifiee, la demeure 
du seigneur; ils contenaient des celliers ou caves pour les provisions, 
une chapelle, des salles avec cabinet, et toujours, au sommet, un grand 
espace libre pour organiser facilement la defense. La plupart de ces 
logis quadrangulaires possedentleur escalier principal separe du corps 
de la bätisse, et quelquefois ce mur de refend qui les divise en deux 
parties egales. Uentree est habituellement placee beaucoup au-dessus 
du sol, au niveau du premier etage. On ne peut s'introduire dans le dom 
jon que par une echelle ou au moyen d'un pont volant avec escalier 
de bois, qu'on detruisait en temps de guerre. 
Le petit donjon de Ghambois (Orne), qui date du X112 siecle, ppfi- 
sente la plupart de ces dispositions de detail. Son plan est rectangu- 
laire, avec quatre renforts carres aux angles. Une tour rarree, posee 
sur un de ses cotes, contenait dans l'origine de petits cabinets et un
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.