Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128332
FOURCHES 
ay ont ete mises neuves, et mis deux coings de pierre en l'un des 
apilliers estraiefs, au lieu de deux autres qui estoient uses et manges 
a d'eau et de gelee, dont pour ce avoir fait, ils (loivent avoir, etc.  
En 1166, nous lisons dans les memes Comptes (laage 389) ce passage : 
u A la grant Justice de Paris furent atta(fliees et clouees cinquante deux 
a chaines de fer pour servir a pendre et etrangler les malfaiteurs qui 
u en icelle ont eue et seront mis par ordonnance de justice. n En 1185, 
le gibet de Montfaucon menacait ruine, car les Comptes de la prcfvüzä 
contiennent cet. zirticle (p. 176) : a  et. fut fait aussi un gibet joignant 
a le grand gibet, qui est en danger de choir et tomber de jour en 
(tJOUP. a 
Les condamnes etaient" suspendus aux traverses au moyen dechelles 
auxquelles ils devaient monter, pretzetles du bourreau, a Huit grandes 
u echelles neuves mises en la Justice patibulziire de iilontfziucon 1. a (les 
echelles depassziient: tzhaque lPIIVOPSG de maniere que le patient eut la 
tete a la hauteur voulue; le bourreau, monte sur le liant de Fechelle, 
lui passait la ehaine autour du cou, et, descendant, retirait Pechelle. 
Voici donc, d'api-es la (lescription de Sauval et les documents gra- 
phiques 2, le plan (fig. 1) en A. des fourches patibulaires de Montfaiucon. 
Vu leur hauteur (10 metres au moins), les piliers ne pouvaient pas 
avoir moins d'un metre de diametre; les seize piliers, ifanges a en deux 
tiles sur la largeur et une sur la longueur n, (levaient laisser quinze 
intervalles entre eux de 1'250 sur le grand cote et de  sur les 
deux petits. Il ne pouvait donc y avoir qu'une ehaine a Clttlqtlfä "tra- 
verse des petits cotes et deux au plus entre celles du grand. Les tra-" 
verses etant au nombre de trois, cela faisait soixante Cllilillüä. Ainsi 
s'explique le nombre de cinquanltä-tletix tzhaines neuves fournies en 
        
Les traverses etaient necessztiremtznt (louhlties, tant. pour fixer les 
(fhaines que pour permettre au bourreau de se tenir (lessus, et pour 
elresillonneif convenablement des piles aussi hautes. Il fallait donc 
quatrti-viiigt-flix traverses, ou soixante seulement, si les traverses 
basses etaient simples. La fourniture de quarante  huit traverses 
neuves faite en 1125 n'a donc rien qui puisse surprendre. 
La hauteur des [iiles (en tltllllfliiiiälll, que la taipisserie de l'Hotel 
de ville indique une traverse de trop) ne peut laisser de doutes sur 
le nombre de ces traverses. On nlaurait pas cleve ("les piles de plus de 
10 meires de hauteur pour ne poser qu'une traverse superieuria et une 
seule intermetliaire, car il y aurait eu ainsi des places perdues en hau- 
tOUP: or, il est certain qu'on tenait a en avoir le plus grand nombre 
possible. 
On voit, en B, sur le plan A, le caveau indique en pointille, avec son 
' Comptes et ordinaires (Sauval, t. III, p. 533). 
' 'I'apisscric de 1'H:3tel de ville, vue de Fhüpital 
rais. Vue de Fhüpital Saint-Louis, Pärellc. 
nt-Louis, 
Sai 
Ghätillon 
Chälon-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.