Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128224
rossü 
546 
sant une longue pente assez abrupte, (itaient, diffnfilement vus par les 
(lefenseurs places en B; a plus forte raison se tmuvatient-ils enticrc- 
ment, masques par les defenseurs postes le long du parapet t), en dedans 
du deuxieme fosse G. Ces (lefenseurs postes en G etaient cependant 
plus rapproches de Fassaillatnt. que ne lctaient ceux postes en E sur 
les galeries reunissant les tours a "trois otages, la ligne G0 etant plus 
courte que la ligne E0. Des zissaillztnts se [n-(iscntant, en K, a portcc (le 
trait, no pouvaient atteindre les (lelcnsettrs postes (lerritsre le parapet C, 
que s'ils envoyaicnt leurs projectiles en bombe suivant une ligne para- 
bolique KL. Donc les clayonnztges (lu chemin de ronde superieur E 
prolegcaient les soldats postes en C. (lesar (lecrit tres-bien les avan- 
tages de ses ouvrages en (lisant que les soldats places en E voyaient 
l'ennemi de plus loin et pouvaient tirer sur lui surement. Lassaillant, 
gravissailt la pente P, ne voit que le sommet (les tours (le bois ct les 
galeries qui les reunissent; il nia pas connaissance des deux fosses 
qui vont Parreter en O. Pendant qu"il gravit. cette pente, il est expose 
aux 21111165 a longue porlee de la defense superieure; mais (les qu'il 
atteint la crete 0, non-seulement il trouve deux obstacles (levant. lui 
s'il veut passer outre, mais il est expose aux traits qui partent du che- 
min de ronde E et (lu rempart G, ces (lerniers traits pouvant etrc lances 
(lirectenlent, comme l'indique la ligne (10, mais aussi en bombe, 
comme l'indique la parabole HM. En atlmettant que les troupes gravis- 
sant la pente K eussent ete lancees, pleines (l'ardeur, arrivant haletantes 
en 0, il leur eut ete bien difficile (Fatteimlre le vallum C. Cependant 
Gesar, au camp du mont Saint-Pierre, ne craignait pas (tue attaque 
serieuse des Bellovaques; au contraire, il cherchaita les attirer hors de 
leurs propres defenses. Lorsqu'il redoutait. reellemexit une attaque, 
ses precautions etaient plus grandes encore. Autour (fAlesia, il elablit 
(les lignes de contrcvallzttion et de circonvallation, afin de bloquer 
l'ai-mec de Vercizigetorix renfcrmee dans cette ville, et de se nlcttrt) 
en defense contre les secours considerables qui nlenacent son camp. 
La ligne de contrevallation se compose : l", vers l'ennemi, d'un fosse 
large de vingt pieds, profond (l'amant et a fond de cuve. A quatre 
cents pieds en (trriere de ce fosse, il etablit ses retranchements. Dans 
liintervalle, il fait creuser deux fosses de quinze pieds de large (thactut 
et de quinze pieds de profondeur; le fosse interieur est rempli (l'eau 
au moyen (le (lerivations de la riviere ; derriere ces fosses, il eleve un 
rempart de douze pieds de haut, garni de parapets avec meurtrieres. 
A la jonction du parapet et du vallunz, il fait planter de forts palis 
fourchus pour empocher l'escalade. Des tours, distantes entre elles de 
quatre-vingts pieds, tlanquent tout le rctranchelnent. Ces precautions, 
aprgs quelques sorties des Gaulois, ne lui semblent. pas suffisantes : il 
fait planter des troncs d'arbres ebranches, ecorces et aiguises, au fond 
d'une tranchee de cinq pieds de profondeur ; cinq rangs de ces pieux 
sont attaches entre eux par le bas, de nianiere qu'on ne puisse les 
arracher. Devant cet obstacle, il fait creuser des trous de loup coniques
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.