Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128022
[ FONTAINE 1  526  
principaux et murs nombreux de liaison. Il arrive meme souvent alors 
que les parements en fondation sont aussi bien dresses que ceux en 
elevation (voy. CONSTRUCTION). 
FONTAINE, s. f. A toutes les epoques, les fontaines ont etc conside- 
rees comme des monuments d'utilite publique du premier ordre. Les 
Romains, lorsqu'ils etablissaient une ville, ou lorsqu'ils prenaientpos- 
session d'anciennes cites, avant toute chose, pensaient a lltmenztge- 
ment des eaux. Ils allaient au loin, s'il le fallait, chercher des sources 
abondantes, pures, et ne reculaient devant aucun travail, aucune de- 
pense, pour conduire des masses d'eau eonsiderables dans les centres 
de population. A Home, bien que les quatre (ziuquiemes des aqueducs 
antiques soient dctruits, ceux qui restent suffisent cependant pour 
fournir a la ville moderne une quantile d'eau plus considerable que 
celle qui alimente la ville de Paris, cinq fois plus populeuse. A Nimes, 
a Lyon, a Frejus, a Arles, a Aulun, a Paris meme, nous trouvons en- 
core des traces daqueducs romains allant chercher les eaux tres-loin 
et a des niveaux superieurs, pour pouvoir obtenir une distribution 
facile au moyen de grands iteserxfoirs. Partout, en France, ou se trouve 
une source abondante et salubre, on est presque certain de decouvrir 
des restes de constructions romaines. Les Romains attachaient une im- 
portance majeure a la police urbaine : il n'y a pas-de police sans une 
bonne edilite; il ne peut. y avoir une bonne edilite sans eau. A cet 
egard, nous avons quelque Ichose a faire; beaucoup de nos grandes 
villes manquent d'eau encore aujourd'hui; on ne doit donc pas s'eton- 
ner si, pendant le moyen age, les fontaines n'etaieut pas tres-com- 
munes au milieu des cites. Chez les Romains, l'eau etait la veritable 
decoration de toute fontaine; on n'avait pas encore songe a elever des 
fontaines dans lesquelles l'eau n'est qu'un accessoire plus incommode 
qu'utile. Les quelques fontaines du moyen age que nous avons pu 
recueillir n'ont pas cet aspect monumental, ne presentent point ces 
amas de pierre, de marbre etde bronze que l'on se croit oblige d'ac- 
cumuler de nos jours pour accompagner un filet. d'eau. Cependant 
(et cela derivait probablement des traditions de Yantiquite) l'eau sem- 
blait une chose si precieuse,qu'oi1 ne la donnait au public quentouree 
de ce qui pouvait faire ressortir sa valeur; on la menageait, on la met- 
tait a la portee de tous, mais avec plus de respect que de vanitiä. La 
fontaine du moyen age est donc un monument d'utilite, non point une 
decoration, un pretexte pour figurer des allegories de marbre et de 
metal plus ou moins ingenieuses, mais qui ont toutes le grand defaut 
d'etre ridicules pour des gens qui croient mediocrement a la mytho- 
logie, aux fictives barbus et aux naiades couronnees de roseaux. La 
fontaine qui imprime une trace vive dans le souvenir, c'est celle qu'on 
trouve au bord de la route poudreuse, laissant voir son petit bassin 
d'eau limpide sous un abri, sa tasse de cuivre attachee a une chaine 
et la modeste inscription rappelant le nom du fondateur. Sans etre
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.