Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1128014
525 
FONDATION 
dant faire en sorte (Fevitei- ces sinistres; a cet effet, ils mirent un soin 
particulier a etablir des fondations durables et a rendre leurs con- 
structions assez elastiques pour que les tassements ne fussent plus a 
craindre. Mais si habile que nous supposions un architecte, faut-il qu'on 
lui fournisse les moyens materiels de construire. Or, dans Pedification 
des grandes cathedrales et de beaucoup dkäglises, lempressement et 
le zele des evequcs ne correspondaient pas toujours a Pctendue de 
leurs ressources tinancieres; alors le clerge seculier tenait surtout 
a faire paraitre son influence a il s'agissait pour lui (l'amoindrii' la 
puissance des monasteres, d'attirer a lui les tideles; dans bien des cas 
on voulut donc, avec des moyens relativement insuffisants, elever des 
editices religieux qui pussent depasser en etentlue et en richesse les 
eglises des moines benedictins. (l'est ce qui explique pourquoi quel- 
ques-uncs de nos grandes cathedrales, comme celles de Troyes, de 
ÜhÜlOHS-SLIP-MHPHQ, de Secs, de Meaux, sont mal fondees. Il fallait 
elever rapidement des editices somptueux, d'une belle apparence, et 
les ressources etant relativement mediocres, on ne voulait pas les 
enfouir en grande partie au-dessous du sol. D'autres catheflrales, cle- 
vees au milieu de dioceses riches, comme celles de Paris, de Reims, 
d'A1niens, de Bourges, sont au contraire fondecs avec un luxe de ma- 
teriaux extraordinaire. Quant aux chateaux, quant. aux constructions 
militaires et civiles, elles sont toujours bien fondees; les seigneurs 
laiques, comme les municipalites, tenaient moins a l'apparence, vou- 
laient des constructions durables, parce que le chatelain construisait 
pour se garder lui et les siens a perpetuite, que les villes batissaient 
pour une longue suite de generations. 
Les fondations de la periode romane sont toujours faites en gros 
blocagesjetes pele-mele dans un bain de mortier; rarement elles sont 
itevetues. Les fondations des constructions gothiques sont au contraire 
souvent revetucs de parements de pierres de taille (libages) posees par 
assises regulieres et proprement taillees; les massifs sont maconnes 
en moellons bloques dans un bon mortier. (les fondations sont(quand 
les ressources ne manquaient pas) tres-largement empattees et s'ap- 
puient sur des sols resistants. Il faut dire cependant, a ce sujet, que 
les constructeurs gothiques n'avaient pas les memes scrupules que 
nous : quand ils trouvaient un sol de remblai ancien, bien comprime 
et tasse par les eaux, ils ifhesitaient pas a s'etablii- dessus. Uanciennes 
vases, des limons deposes par les eaux, des remblais longtemps intil- 
tres, leur paraissaient etre des sols suffisants; mais aussi, dans ce 
cas, donnaient-ils a la base des fondations une large assiette. Ils ne 
manquaient jamais de relier entre eux tous les murs et massifs en fon- 
dation; (fegt-A-dire que, sous un editice compose de murs et de P1165 
isolees, par exemple, ils formaient un gril de maconnerie sous le sol, 
atin de rendre toutes les parties des fondements solidaires. Pendant 
les xlv" et xve siecles, les fondations sont toujours etablicS HVBC Un 
soin extreme sur le sol vierge, avec libages sous les points d'appui
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.