Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1127894
5113 
LORE 
l'Hepatique, le Fraisier, le Plantain, le Lierre. Observons, parexemple, 
comment ces hardis sculpteurs ont tire parti des feuilles du Chrysan- 
theme et du Persil. On voit, sur la porte principale de la faeade de 
leglise abbatiale de Vezelziy, une belle arcliivolte refaite vers 4240 au- 
tour d'un cintre du xnc siccleÄ tlelle archivoltc se compose d'une suite de 
claveaux portan l: ifhacun, dans une gorge, un large bouquet de feuilles 
vigoureusement retournees sur elles-meules et refouillees de main de 
maitre. Un de ces bouquets A, que nous donnons ici (fig. 32), reproduit 
des feuilles de Persil; l'autre, B, des feuilles de Ghryfsantheme. 
(le n'est pas la cette sculpture rangee, contenue, soumise aux pro- 
tils, que nous trouvons a la meme cpoque sur les monuments de l'ite- 
de-France. C'est une veritztble vegetation reproduite avec un surcroit 
de seve. Le sang bourguignon a pousse la main de l'artiste. Il prend la 
nature, il ne l'ai-ratage pas comme son confrere des bords de la Seine 
et de la Marne ; il la developpe, il Fexagere. N'est-ce point un art, celui 
qui permet ainsi a l'artiste d'imprimer si vivement son caractere sur 
son (DÜYPB, tout en suivant un principe admisitBien que les sculpteurs 
de nos trois ecoles laiques francaises choisissent les vegetziux qui 
s'accordent avec leur temperament, tous appliquent scrupuleusement 
certaines lois qui, aux yeux du botaniste, ne sont pas suffisantes pour 
indiquer findividualite de la plante, mais qui, pour les artistes, sont 
les veritables : celles dont l'observation donne a chaque imitation d'un 
vegetal sa physionomie, son caractere propre. Lorsque aujourd'hui 
nous copions une centieme copie d'une feuille d'Acanthe ou d'Ange- 
lique, parce que les Grecs ont imite ces vegetaux, nous pouvons faire 
faire a nos sculpteurs d'ornements une oeuvre parfaite, comme execu- 
lion, sur le marbre, la pierre, le stuc ou le bois; mais nous ne saurions 
donner les qualites apparentes de la vie a ces imitations de centieme 
main : ce ne sont la que des decorations glacees qui nünteressent 
personne, ne font songer a autre chose, sinon que nous avons fait faire 
un chapiteau ou une frise. Il est meme admis que pour occuper le 
moins possible l'oeil du passant, nous repeterons dix, vingt, cent fois 
le meme chapiteau, sur un modele identique. Ce point etabli, que 
l'architecture, pour etre classique, doit etre ennuyeuse, nous ne pou- 
vons, sous peine d'etre mis au banc de Yecole classique, essayer d'in- 
teresser le public a nos oeuvres. Pourvu que lbrnementaüon Sculptge 
soit nette, egale, uniforme, chacun doit etre satisfait; on ne s'in- 
quiete point de savoir si ces feuilles qui courent sur nos tympans, 
si ces enroulements qui se developpent sur une frise, ont quelques 
points de rapport avec les vegelziux; s'ils sont crees viables, s'ils se sou- 
mettent ces lois admirables, parce qu'elles sont raisonnables, de la 
tlorc naturelle. Les zirtistes du XlIIc siecle, qu'on veut bien croire livres 
a la fantaisie, 0m (Tautres scrupules : ils pensent que des ornements 
soumis a une meme ordonnance ne doivent pas, pour 06121, Cire tous 
contes dans un meme moule ; que le public prendra quelque plaisir a 
voir vingt chapiteaux differant par les details; qu'il aimera retrouver 
v.  65
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.