Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1127759
FLORE 
une decoration originale, mais elle sappujfait, sur un principe toujours 
Üellf, l0Uj0urs vivant, toujours applicable. L'art francais de la grande 
ccole laique (l'architecture est logique : dans 1.1 construction il emet 
des principes nouveaux qui, sans imposer une forme, sont applica- 
bles partout et dans tous les temps; dans la decoration, cet art. ne fait 
de meme qu' emettre (les principes; il ne proscrit pas l'e1nploi d'une 
forme liieraticjue comme l'a fait l'art Oflülllill. Le genie de chaque artiste 
peut sans cesse tirer de ces principes feconds des formes neuves, im- 
prevues. 
De nos jours, on a remplace en France la metliode, Fenonce (les 
principes, par l'enseignement, non raisonne, d'une ou de plusieurs 
formes de l'art; on a pris l'une (les applications du principe pour l'art 
lui-meme, et l'on a dit alors avec beaucoup de raison ; a Toute imita- 
e tion est. funeste; si nous proscrivons l'imitation des arts de l'anti- 
a qnite, nous ne pouvons prescrire l'imitation des arts du moyen 
u fige. n Mais remplaeant l'enseignement de telle ou telle forme, d'une 
des applications du principe lui-meule, on ne prescrit pas l'imitation, 
on ne fait que se servir d'une methode vraie qui permet a chacun de 
suivre ses inspirations. Nous savons bien qu'il est une cicoltz pour 
laquelle des principes sont un embarras : elle veut que la fantaisie soit 
le seul guide de l'artiste. La fantaisie a des tours charmants quand elle 
n'est que le vernis d'un esprit retlechi, ohservfateur, quand elle couvre 
d'un vetement a mille reflets imprevus un corps solide, bien fait e": 
sain; mais rien n'est plus monotone et fatigant que la fantaisie lors- 
qu'elle est seule et ne drape qu'un corps inconsistant, chetif et pauvre. 
ll y a certainement de la fantaisie, et beaucoup, dans  
architectonique de notre ecole fPttHCHlSC ; mais elle ne fait que se jouer 
autour de principes solides, vrais, (lerives d'une observation subtile 
de la nature ; la fantaisie alors n'est autre chose que la gritce qui sait 
eviter la pedanterie. Poursuivons notre etucle. 
Voici (fig. M) une plante bien vulgaire, le Cresson. Regardons cepen- 
dant avec attention ces tiges souples et grasses, ces petioles bien sou- 
des, ces courbes gracieuses des limbes, leur profil A. Dans ces limbes 
cependant, il y a une indecision de contour qui ne se prete pas a la 
decoration monumentale; les stipules B jettent de la confusion au 
milieu des masses. Pour faire un ornement avec. cette plante, il faut 
en sacrifier quelque chose, donner de la fermetc aux silhouettes des 
petioles ; il faut prendre et laisser, ajouter et retrancher; ce qu'il faut 
conserver, c'est la force, la grace, la souplesse, l'aisance de ces con- 
tours. Avec une adresse incompzirable, les sculpteurs de Notre-Dame 
de Paris sont arrives a ce resultat (fig. 151). Tout en conservant 121 
silhouette de ces feuilles de Cresson, ils leur ont donne un accent plus 
ferme, monumental, precis; entre ces limbes, ils ont ajoute des QPÜPPQS 
qui donnent de la grandeur et de la finesse en meme temps a. l'orne- 
a Portail occidental de laÄcathC-drale de P u 
xrzmiürcs 
annbcs du xtll" siäclc.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.