Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1127651
4.89 
FLORE 
artistes observateurs, ennuyes de la monotonie des arts romans, ne se 
seraient-ils pas epris de cette modeste flore des champs, et cherchant 
un art, n'auraient-ils pas dit, en decouvrant ces tresors caches : u Je 
l'ai trouve ? a Une fois sur cette voie, nous suivimes pas a pas, et non 
sans un vifinlleret, les interpretations ingenieuses de nos devanciers; 
notre examen nous conduisit a de singuliers resultals. Nous recon- 
numes que les premiers artistes (il est entendu que nous ne parlons ici 
que de Fecole laique qui seleve, de 111-0 a 1180, dans Flle-de-France 
et les provinces voisines) sefaient attaches aimitcr la physionomie de 
ces modestes plantes des champs au moment ou elles se fleveloppent, 
ou les feuilles sortent a peine de leurs bourgeons, ou les boutons ap- 
paraissent, oi1 les tiges epaisses, pleines de scve, n'ont pas atteint leur_ 
developpement; qu'ils avaient ete jusque chercher comme motifs 
d'orne1nents des embryons, ou bien encore des pistils, des graines et 
jusque des etamines de fleurs. C'est avec ces elements qu'ils compo- 
sent ces larges chapiteaux que nous admirons autour du choeur de 
Notre-Dame de Paris, dans Peglisc Saint-Julien le Pauvre, dans celle de 
Saint-Quiriace de Provins, a Senlis, a Sens, a Saint-Leu d'Esserent, 
dans le choeur de Vezelzrv, dans Feglise de Montreal, a Notre-Dame de 
Ghalons-sur-Marne, autour du sanctuaire de Saint-Bcmi de Reims. 
Bientot. (car nous savons que ces artistes ne sarretent pas en chemin), 
de l'imitation de la flore naissante ils passent a l'imitation de la flore 
qui se devcloppe : les tiges s'allongent et snmaigrissent; les feuilles 
s'ouv'rent, säälalent; les boutons deviennent des fleurs et des fruits. 
Plus tard, ces artistes oublient leurs humbles modeles primitifs : ils 
vont chercher leurs exemples sur les arbustes; ils s'emparent du Lierre, 
de la Vigne, du Houx, des Mauves, de l'Eglantier, de l'Erable. A la fin 
du X1118 siecle, ils en viennent a copier servilement le Ghene, le Pru- 
nier sauvage, le Figuier, le Poirier, aussi bien que les feuilles d'eau, le 
Liseron, le Persil, les hcrbacees, comme les feuillages des grands arbres 
de nos forets; tout leur est bon, tout leur est un motif (Pornement. 
Disons tout de suite que l'imitation s'approche d'autant plus de la rea- 
lite que l'art gothique avance vers sa decadence. A la fin du x11? siecle, 
et encore au commencement du xurf, cette imitation est soumise a des 
donnees monumentales qui pretent a la sculpture une beautcparticu- 
liere. Disons encore que cette sculpture est d'autant plus grande, large, 
puissante, monumentale enfin, qu'elle va chercher ses inspirations 
parmi les plantes les plus modestes; tantlis qu'elle tombe dans la se- 
cheresse et la maigreur lorsqu'elle veut copier les feuilles des grands 
vegetaux. 
Les artistes Iaiques du XIIG siecle, se servant de ces plantes, en sai- 
sissent les caracteres principaux, la physionomie ; elles deviennent pour 
eux un sujet d'inspiration plutot qu'un 1noclele banal. Mais prenons 
quelques exemples. N'est-il pas evident, par exemple, que les Pinceaux 
qui (lelcorent, l'un des cotes du trumeau de la porte centrale de la ca- 
thedrale de Sens (1170 environ) ont ete inspires de ces jeunes pousses 
v.  62
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.