Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1123120
f DONJON 1  36  
ydemeurer et s'y defendre seul, il s'entourait alors d'un plusou moins 
grand nolnbre d'hommes d'armes a sa solde, qui s'y  
lui. De la, exereant une surveillance minutieuse sur la garnison etsur 
les dehors (car le donjon est toujours place en face du point. attaquablff 
de la forteresse), ses fideles et lui tenaient en respect les vassaux et 
leurs hommes entasses dans les logis; a toute heure pouvant sortir et 
rentrer par des issues masquees et bien gardees, la garnison ne savait 
pas quels etaient les moyens de defense, et naturellement le seigneur 
faisait tout pour qu'on les crut formidables. Il est difficile de trouver 
un plus beau programme pour un architecte militaire; aussi les don- 
jons, parmi les editiccs du moyen äge, sont-ils souvent. _des chefs- 
dkeuvre de prevoyance. Nous avons trouve dans ces constructions, peu 
connues generalement ou incompletement etudiees, des dispositions 
qui demandent. un examen attentif, parce qu'elles mettent en lumiere 
un des cotes de la vie feodale 1. 
La raison premiere qui tit elever des donjons fut l'invasion nor- 
mande. Les villze merovingiennes devaient fort ressembler aux villze 
romaines; mais quand les Normands se jeterent periodiquement sur 
le continent occidental, les seigneurs, les HIOIIHSTÄÄPGS, les rois et les 
villes elles-memes songerent a proteger leurs domaines par des sortes 
de blockhaus de bois que l'on elevait sur le bord des rivieres et autant. 
que possible sur des emplacements deja defendus par la nature. (les 
forteresses, dans lesquelles, au besoin, on apportait a la hate tout ce 
qu'on possedzlit de plus precieux, commandaient des retranchements 
plus ou moins etendus, composes d'un escarpement couronne par 
une palissade et protege par un fosse. Les Normands eux-Inemes, 
lorsqu'ils eurent. pris l'habitude de descendre sur les cotes des Gaules 
et de remonter les fleuves, etablirent dans quelques iles pres des eni- 
bouchures, ou sur des promontoires, des camps retranches avec une 
forteresse, pour mettre leur butin a l'abri des attaques et proteger 
leurs bateaux amarres. C'est aussi dans les contrees qui furent parti- 
culierement ravagees par les Normands qu'on trouve les plus anciens 
donjons, et ces forteresses primitives sont habituellement baties sur 
plan rectangulaire formant un parallelogiralnme divise quelquefois en 
deux parties.  
Sur beaucoup de points des bords de 1a Seine, de la Loire, de FEure. 
et sur les cotes du Nord et de l'0uest, on trouve des restes de ces 
donjons primitifs; mais ces constructions, modifiees profondement 
depuis Fepoque ou elles furent elevees, ne laissent voir que des sou- 
bassements souvent meme incomplets. Il paraitrait que les premiers 
l 
' Jusqlfä. present on ne s'est guerc occupe, dans le monde archeologique, que de l'ar- 
chitecture religieuse ou de l'architecture civile; cependant l'architecture feodale, dont 
le donjon est l'expression la plus saisissante, est superieure, ä notre avis. ä tout ce que 
l'art du constructeur a produit nu moyen ägc.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.