Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1127219
 11145  L rLi-zcms  
connerie, comme etaient. les tleches de la cathedrale dÄÄmiens avant 
le XVle siecle, celle de Beauvais avant la chute du transsept, celle de 
Notre-Dame de Roue-n tlYätHt l'incendie, connue est encore celle de la 
cathedrale ddilvreux; mais cependant elle se (listingue toujours par 
une ordonnance particuliere, a elle appartenant : c'est un ediflce de 
bois, entier, pose surun editicc de pierre qui lui sertdassiette, comme 
les coupoles modernes de Saint-Pierre de Home, du Yal-de-Grace, des 
Invalides, sont des monuments distincts, independztuts de la masse 
des constructions qui les portent. (les (BLIVPBS de charpenteric sont les 
seules qui ineritent le nom de tleches. On peut croire que, par suite 
des incendies, du (lefaut d'entretien et du temps, les tlechcs du moyen 
age, d'une epoque ancienne, doivent. titre peu communes; on en eleva 
un si grand nombre cependant, a partir de la fin du xne siecle, que 
nous en possedons encore quelques-unes, et qu'il nous reste sur beau- 
coup des renseignements precieux. 
' Tout porte a croire que les plans des grandes eglises, et des cathe- 
drales du commencement du X111" siecle notamment, zivaient ete con- 
cus avec l'idee dkäleifer une tour carree sur les quatre piliers de la 
croisee. Plusieurs de nos grandes cathetlrziles ont possede ou posse- 
dent encore ces tours carrees. Amiens, lteims, Beauvatis, ont eu leur 
tour de maconnerie sur le milieu du transsept; Rouen, LaornBayeux, 
Fivrenx, Goutances, les ont conservees en tout ou en partie. ltlais soit 
que l'argent manquait, soit que les architectes aient recule devant le 
danger de trop charger les piles isolees des transsepts, presque par- 
tout ces tours ne furent point achevces ou furent couronnees par des 
lleches de charpente recouvertes de plomb, qui, malgre leur poids 
considerzible, etaient loin de charger autant les parties iniericures que 
l'et1t fait une construction de pierre. Quelques cathedrales cependant 
ne paraissent pas avoir jamais du recevoir sur la croisce des tours de 
maconnerie. Paris, Ghartres, Soissons, n'en presentent aucune trace, 
non plus que Senlis, Sens,Meaux et Bourges, par la raison que ces der- 
niers monuments avaient ete concus sans transscpt. A defaut des tours 
de maconnerie sur la croisee des eglises, on eut l'idee deleifer de grands 
clochers de charpente se combinant avec les combles. Notre-Dame de 
Paris possedait une tlechc de bois recouverte de plomb, qui datait du 
commencement du xnr siecle. Cette tleche, flemolie il y a cinquante 
ans environ, etait certainement la plus ancienne de toutes celles qui 
existaient encore a cette epoque ; sa souche etait restee entiere, a l'in- 
tersection des combles, jusque ces derniers temps. Or, des fleches de 
charpentes. la partie la plus importante, celle qui demande le plus 
d'etude et de soins, au point de vue de la construction, est la souche. 
Aussi avons-nous releve exactement ces debris de l'ancien clocher 
central de Notre-Dame de Paris, avant de les enlever pour y substituer 
la charpente nouvelle, qui, du reste, est etablie d'apres le systeme 
primitif.   
Voici en quoi consiste ce systeme (fig. t0) : AB, AB, etant les quatre
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.