Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1127183
[ rLEcnn 1  1111-2  
et des linteaux, devaient se terminer en pyramidions ajoures penctres 
chacun par deux cotes de l'hexagone superieuif; si bien que les quatre 
faces de ces pyramidions sur six devaient seulement etre apparentes 
en epaulant les noyaux successifs recevant les angles saillants de ces 
hexagones. Un trace perspeetif (fig. 9) rendra compte de cette dispo- 
sition originale. Ainsi les sommets superposes des tourelles hexago- 
nales, terminees carrement aujourd'hui, comme une suite de gradins, 
donnaient, au moyen de ces pyramidions, une ligne rampante decou- 
pee par des pinacles et des statues. De plus, la construction ajour des 
tourelles, toute composee de montants verticaux et qui ne tient guere 
qu'a l'aide du fer, pouvait etre parfaitement epaulee par ces pyrami- 
dions qui font l'office de contre-fiches. (Yetait la construction logique, 
conforme aux donnees de l'architecture de cette epoque, qui n'admet- 
tait point, particulierement au sommet des edifices, des repos hori- 
zontaux. 
D'apres l'examen du plan (fig. 8), il ne semble pas que l'architecte 
auteur du projet ait voulu etablir seulement, entre les aretiers, des 
claires-voies composees de dalles zijourees pour former les faces de la 
pyramide; il lui fallait une construction plus resistante pour porter la 
grande lanterne superieuiwz, construction indiquee par les solides pieds- 
droits S. On ne peut pas admettre cependant que ces pieds-droits 
fussent inclines comme les pans de la pyramide, ce qui eüt produit un 
tries-mauvais effet. Nous verrions bien plutot, dans ces pieds-droits, 
des naissances d'arcs assez peu eleves, mais dans un plan vertical, et 
recevant des gables ajour qui surmontaient, par l'effet de la perspec- 
tive, les couronnes ajourees T. D'ailleurs, dans la tliache actuelle, l'ar- 
chitecte a etabli, au niveau de la troisieme travee en N, des passages 
horizontaux mettant en communication les huit escaliers ; ces passages, 
portes sur des linteaux, forment une seconde couronne qui coupe la 
fleche d'une maniere facheuse. Nous admettons que ces passages elaieizt 
prevus par l'auteur du projet, mais que leur horizontalite etait inter- 
rompue par la silhouette des gables passant devant eux; disposition 
qu'explique notre figure 9. Le pied de la pyramide fortement maintenu 
au moyen des pieds-droits S, celle-ci pouvait etre construite, au-dessus 
des arcs V, au moyen de chassis de pierre entre les aretiers, confor- 
mement a Pexecution definitive. On pensera peut-etre que nous pre- 
tons a l'architecte auteur du projet de la tleche de Strasbourg des 
idees qu'il n'a pas eues, mais on ne prete qu'aux riches. L'art de l'ar- 
chitecture, surtout aux epoques ou il devait employer des sommes 
enormes pour mettre ses idees a execution, peut etre difficilement 
juge par ce que le temps nous a laisse. Le plus souvent les conceptions 
les plus heureuses, les plus etudiees, sont rendues d'une maniere in- 
complete, faute de ressources, ou ont ete mutilees par le temps et des 
restaurations facheuses. C'est le malheur de cet art, de ne pouvoir 
transmettre ses conceptions dans leur purete. Ayant presente la tteche 
actuelle de la cathedrale de Strasbourg comme une muvre manquee,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.