Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1127090
433 
FLECHE 
mides; mais aussi nous devoile-t-il des incertitudes et des tatonne- 
ments. (les artistes n'ont pas encore trouve une methode süre, ils la 
cherchent ; leur goüt, leur coup "d'oeil juste, leur pressentiment de 
l'effet, les conduisent dans le vrai, mais par des moyens detournes, 
indecis. La recherche du vrai, chez des artistes (loues d'ailleurs d'une 
finesse peu ordinaire, donne un charme particulier a cette composi- 
tion,d'autantque ces artistes ne mettent en oeuvre que des moyens sim- 
ples, quils pensent avanttout a la stabilite, que, comme constructeurs, 
ils ne negligent aucune partie; si bien que cette fleche enorme, dont 
le sommet est de M2 metres au-dessus du sol, comptant sept sieclcs 
d'existence et ayant subi deux incendies terribles, est encore debout 
et ninspire aucune crainte pour sa duree. La pynunide porte depais- 
seur 0'280 a sa base et 0'230 a son sommet; elle est, comme toute la 
cathedrale, batie de pierre dure de Bercheres et admirablement appa- 
reillee. Les pans des pyramidions des atngles ont. 0m50 d'e'paisseur. 
Au niveau Kcependant (voy. la figure 2), la tour sarretc brusquement, 
s'arase, et c'est sur cette sorte de plate-forme que sielance le couron- 
nement. Plus tard, les architectes penserent a mieux relier encore les 
tours aux fleches, ainsi qu"on peut le reconnaitre en examinant le clo- 
cher de la cathedrale de Senlis (voy. GLocuna, fig. 63 et 64) et le soma 
met des tours de la cathetlrzzle de Paris, dont les contre-forts se termi- 
nent par des pinacles et des fleurons preparztnt deja les retraites que 
devaient faireles fleches sur ces toursl, comme on peut aussi le con- 
stater a la (zathedrale de Laon, dont les tours, a leur partie superieure, 
sont accompagnces de grands pinacles ajour qui flanquent un grand 
etage octogonal formant une base tries-bien ajustec, propre a recevoir 
les tleches. 
La fleche du clocher vieux de Ghartres n'est decoree que par des 
ecailles qui figurent des bardeaux, ce qui convient a une couverture, 
par des cotes sur les milieux des huit pans et par des aretiers. 
Lorsque l'architecture sallegit, pendant la premiere moitie du X1118 
siecle, on trouva que ces pyramides, pleines en apparence, semblaient 
lourdes au-dessus des parties ajourees inferieures; on donna donc 
plus (Felegance et de tegerete aux lucarnes, et l'on perca dans les 
pans, de longues meurtrieres qui firent comprendre que ces pyramides 
sont creuses. Nous voyons ce parti adopte par les constructeurs de la 
tleche de Senlis. Llarchilecte du clocher vieux de Ghartres avait deja 
cherche a (letruire en partie la secheresse (les grandes lignes droites 
de sa fleche par despoints saillants, des tetes, interrompant de distance 
en distance les cotes dessinecs sur les huit faces, et par des figures 
chimeriques posees aux naissances des aretes, dans les tympans et sur 
les amortissements des pinacles et des gables. Ces details, dlun grand 
relief, portant des ombres vives, occupaient les yeux et tlonnaient de 
' Voyez, dans le VIF Entrelien sur l'architecture, Ffälävation geomätrale de la fagado 
de Notre-Dame de Paris avec ses deux lläches. 
V.  55
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.