Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1126958
 419  L ri-zmsm ] 
lecture civile francaise jusqu'au commencement du xvne siecle, parce 
que jusqu'alors les croisees sbuvraient par petites parties, et qu'on 
ne supposait pas qu'il fut commode de manmuvrer des chässis et des 
volets de 3 inetres de hauteur. Ducerceau nous montre encore les 
"fenetres du Louvre, de Francoislef et de Henri Il, avec des meneaux 
de pierre. Des meneaux garnissent egalement les baies du palais des Tui- 
leries.Lz1 suppression (le ces accessoires, reconnus necessaires jusque 
sous le regne de Louis XIV, a change completement le caractere de 
celle airchitecture en lui retirant son echelle; les croisecs de menui- 
serie n'ont pas lluspect monumental des meneaux de pierre, sans pour 
cela donner plus de jour Et lintcrieur des appartements. (Voy. MAISON, 
PALAIS.) 
FERME, s. f. Constructions rurales destinees a l'exploitation d'un 
"domaine. Les Romains etaient fort amateurs (letablissements ruraux, 
et dans le voisinage de leurs villuz, quelquefois dans leur enceinte 
meme, ils possedziient des bzttiments destines a conserver les recoltes, 
a loger les colons et a renfermer des bestiaux. Les chefs francs paraise 
sent avoir voulu prendre ces habitudes, lorsqu'ils occuperent le sol 
des Gaules; mais leur mepris pour le travail manuel et pour ceux qui 
s'y livraient, leur gout pour les armes et la vie d'aventures, ne leur 
[iernlettaient guere de s'occuper des (letails de la vie des champs. S'ils 
faisaient approvisionner dans leurs villw des amas de grains, de vin, de 
fourrages et de produits de toutes sortes, e'e'tait pour les consommer 
avec leurs compagnons d'armes, et pour dilapider en quelques nuits 
(Yorgies la recolle d'une annee. On comprend que ces mceurs n'elaient 
pas propres a encourager la culture et Fetablissement de batiments 
(lestines a l'exploitation nlethodiqtle. 
Les monastelfes, vers le commencement du x18 siecle, s'occupaient 
deja serieusement de la culture en grand. Ils construisirent des gran- 
ges, des celliers, des pressoirs, des stables; ils tirent des travaux 
d'irrigation importemts, et s'appliquerent a ameliorer les terres, a de- 
fricher les bois, a reunir de nombreux troupeaux. A vrai dire, meme 
les premiers monasteres bätis par les clunisiens ressemblaient plus 
a ce que nous appelons une ferme aujourd'hui qu'a toute autre chose. 
(Voy. ARCHITECTURE MONASTIQUE). 
Plus tard les moines, les seigneurs laiques, les chapitres, firent con- 
struire des fermes conformes aux dispositions adoptees de nosjours, et 
nous voyons qu'en 1234 un chanoine de Notre-Dame de Paris s'oblige 
a balir dans le delai d'un an une grange devant faire retour au chapitre 
apres sa mort. a La cour ou pourpris de la grange devait avoir qua- 
rante toises de long et trente de large; le mur de cloture dix-huitpieds 
de haut, non compris le chaperon. Dans ce mur devait etre pratiquee 
une porte avec une poterne, et au-dessus de la porte et de la poterne 
dävfliellt (sire eleveäs des greniers vastes et solides : detait la grange pro- 
prement dite. Elle devait avoir vingt toises au moins de longueur et neuf
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.