Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1126926
FENÜTRE 
M6 
et traverses. Le chateau de Pierrefonds, bati en 1400, nous fournit de 
beaux exemples de fenetres disposees avec des chassis de bois dor- 
mants encastres dans les feuillures de pierre, et recevant des chässis 
mobiles vitres et des volets llÜtÄPlELIPS. 
La figure M donne en A le plan d'une de ces baies, en B sa face exte- 
rieure, et en G sa face interieure. Sur ce dernier trace, dans lequel nous 
avons indique la baie avec ses volets en D, avec ses chassis vitres 
en E et depouillee de sa menuiserie en F, on voit que les chassis 
ouvrants, ainsi que les volets, sont ferres, non dans la pierre, mais sur 
des chässis dormants poses dans les larges feuillures des pieds-droits. 
du meneau et des traverses; qu'on peut ouvrir separement chaque volet 
et chaque chässis vitre, ce qui, pour de grandes fenetres, presente des 
avantages; que les volets sont plus ou moins decoupes ajour, afin de 
permettre a la lumiere exterieure d'eclairer quelque peu les chambres 
lorsque ces volets sont clos; que ces baies ferment aussi bien que les 
notres, sinon mieux; qu'elles peuvent etre hermetiquement calfeu- 
trees, et qu'on pouvait, au moyen de ces chassis separes, donner aux 
interieurs plus ou moins d'air et de lumiere. On a remplace tout cela 
aujourd'hui par des vasistas, mais nous n'avons pas encore repris les 
volets s'ouvrant par petites parties. Comme toujours, lorsque les murs 
ont beaucoup depaisscur, des bancs garnissent les embrasures, pour 
pouvoir s'asseoir pres de la fenetre et respirer a l'aise. 
Les fenetres de l'architecture civile du xve siecle sont conformes a 
ces donnees generales, et recoivent des chassis dormants; leurs mou- 
lures deviennent plus compliquees a Fexterieur, les meneaux et les 
traverses de plus en plus minces pourlaisserpasser plus de jour ; leurs 
linteauxse decorent ainsiqueleurs appuis; elles s'enrichissentde sculp- 
tures, et la fin du xv' siecle nous a laisse nombre de baies de croisees 
d'une delicatesse de travail qui depasse de beaucoup ce qu'on faisait 
au XIVe siecle et ce qu'on fit a Yepoque de la renaissance. Nous termi- 
nerons cet article en donnant une des fenetres du premier etage de 
Photel de la Tremoille a Paris  Ces fenetres (fig. 42) posent sur une 
balustrade pleine continue, qui forme allege ; leurs linteaux sont poses 
au niveau dela corniche du batiment qui reeoit. le cheneau etle comble. 
Trouvant probablement que cette facon de terminer la baie etait 
pauvre, l'architecte a juge a propos (Pelever au-dessus de ces linteaux 
une haute decoration de pierre ajouree qui forme comme le timbre 
de la fenetre, et qui coupe la masse monotone du toit. Le cheneau se 
trouve ainsi interrompu a chaque baie, et porte une gargouille sail- 
lante de plomb au-dessus de chaque trumeau. Souvent (et cela etait 
justifie par un besoin) ces timbres des baies posees sur la corniche 
ne sont autre chose que de grandes lucarnes de pierre qui eclairent 
Pelage du comble. C'est ainsi que se terminent les fenetres du palais de 
' Cet hütel a ätä dämoli en 18411. Ndus en possüdons une monographie 
"viyez FAorcILilectäcre civile et (lomestique de MM. Verdier et Cattois, t. Il.) 
compläte.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.