Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1123087
ABLE 
eglises de cette epoque, les vices sont parfois personnities (voy. Vicia), 
et les personnages qui tigurent les vices sont accompagnes de diables 
qui se plaisent a les tourmenter. Les diables apparaissent aussi dans 
les paraboles et legencles, comme dans la parabole du mauvais riche. 
par exemple, et dans les legendes de saint Antoine et de saint Benoit, 
qui, ont eu, disent ces legentles, avec le diable, des rapports si fre- 
quents. Il serait assez inutile de copier 
 yl,   ici de nombreux exemples de ces figures 
  il  monstrueuses; nous nous contenterons 
twfjtlii)! llwtll  t; i d'indiquer les caracteres donnes aux 
 t wiileltltä; 1' WVA  represcntations du diable pendant les 
la  "Winlft   l periofles diverses (lu moyen zige. Pendant 
[Kiwi-kif dillpvf täpoque romane, le (lisible est un etre 
Mi   düwynllt  que les sculpteurs ou peintres s eftorcent 
L  m  de rendre terrible, ettrziyant, qui Joue le 
"Un i,  M "fff role d'une puissance avec laquelle il n'est 
fltfllfi     pas permis de prendre des libertes. Chez 
   les sculpteurs occidentaux du xiii" sieele, 
 "iwlltmltlIlL il,  laiqiies fort avances comme HITIStRSxI es- 
l. lui   äefj, H x I prit gaulois commence  perceinLe (liable 
 M A  ifflljt  prend un caractere moins terrible: il est 
tltlllgf  fui,äitlfjycrfqilfiiitilt  souvent ridicule; son caractere est plus 
lrfflfftl  r! fleprave qu'etfrayant,.sa physionomie est 
pli Vülft  31;; plus ironique que satuvage ou cruelle; 
 il  q. l?  "W  parfois il triche. souvent il est (lupe. La 
üiwmÜH   scene du pesenient des finies, qui occupe 
Qüyftif     lis) une place principale dans le (lrame du 
  lligtttjx Jugement (lernier, nous infintre un diable 
 l qui sjetforce, avec assez peu de loyaute, 
 l de faire pencher 1M des plateaux 4e l" 
 f balance de son cote Les demons qui ac- 
 i compagnent les damnes semblent railler 
  la troupe des malheureux eiitraines dans 
ilfslttlfjilelliliiitttiitilltllMita.  W les enfers; quelques-uns de ces sub- 
 ifi, W ( a alternes de_ Parmee des teEnelii-es ont 
pi "Wlliäiilywtltixgbxfxwaxflkyesüu;   meme parfois un air de bonhomie bi-u- 
ILLTÄ" Wl "ilttp" X tale qui peut faire croire a des accom- 
modements. Cependant l'ensemble des 
scenes infernales sculptees au commencement du xnie siecle a toujours 
un aspect dramatique fait pour emouvoir. A la porte centrale de la 
cathedrale de Paris, par exemple, tout le cote occupe par les demons 
et les aines qui leur sont livrees, a la gauche du Christ, est sculpte de 
main de niaitre; quelques episodes sont rendus d'une faeon emou- 
vante (voy. JUGEMENT DERNIER). Parmi les voussures chargees de demons 
et de damnes semble trouer un diable superieur ; il est couronne (fig.  
Sa taille est entouree d'un serpent; il est assis sur un tas de person-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.