Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1126763
L FENETRE ]  400  
de Tonnerre. La construction ne consiste donc qu'en des contre-forts 
ou piles" portant les voütes; puis, comme cloture, il nly a que des cloi- 
sons ajourees, posees en dehors et recevant les cheneaux. Ce sont de 
veritables chässis qu'on peut poser apres coup, changer, reparer, reni- 
placer sans toucher a lieditlce. Il n'est pas besoin de faire ressortir les 
avantages qui resultent de ce systeme, parfaitement raisonne, qui per- 
met les decorations les plus riches et les plus legeres sans rien oter 
 la hatisse de sa solidite et de sa simplicite. 
Pendant le xlve siecle, cependant, on abandonne, meine en Cham- 
pagne, ce systeme de fenestrage inscrit dans les formes rectangulaires 
pour les edifices religieux, et l'on en revient a prendre les formerets 
des voutes comme archivoltes (les baies; mais les meneaux deviennent 
de plus en plus delies, et arrivent a des sections d'une extreme zlelica- 
tesse afin de laisser aux vitraux, dest-a-dire aux surfaces clecoratives 
colorees, le plus de surface possible. (Voy. MENEAU.) 
FnNrTmzs APPARTENANT A L'ARCHITECTURE CIVILE ET MILITAIRE.  Dans 
l'architecture antique grecque et romaine, c'est la structure interieure 
des vaisseaux a eclairer qui commande la forme et la dimension des 
fenetrcs. Ce meme principe est applique avec plus de rigueur encore 
par les architectes du moyen äge. Si la forme cintree convient a des 
baies dont les vitraux sont dormants, et qui sont inscrites par des 
voütes, on conviendra que cette forme ne peut guere etre zippliquee 
a des baies qu'il faut ouvrir souvent et qui sont percees entre des planf 
chers. Ainsi que nous l'avons dit en commencent, cet zirticle, les ferie- 
tres des premiers siecles du moyen fige sont tries-rarement garnies 
de vitraux dans les editices publics; mais il fallait bien, dans les lmbi- 
tations privfees, se garantir du froid et du vent, ne fut-ce que pendant 
la nuit : alors les fenetres etaient closes par des volets de bois; quand 
on voulait de l'air et de la luiniere, on ouvrait les volets. Les inconve- 
nients de ce moyen primitif obligerent bientot les architectes a percer 
ces volets de quelques trous que l'on garnissait de verre ou de parche- 
min. Puis on en vint a faire des chassis de bois recevant des vitraux, 
du papier, du parchemin ou de la toile. 
Quelques fenetres d'habitations du x16 siecle, comme celles de nos 
anciens donjons normands, par exemple, ne laissent voir nulle trace 
de fermeture ancienne ; il est a croire qu'elles etaient closes au moyen 
de nattes, de courtines de laine ou de grosse toile: on voit en effet 
souvent figurees dans les manuscrits carlovingiens des baies garnies de 
ces tentures mobiles glissant sur des tringles, et retenues par des em- 
brasses lorsqu'on voulait faire entrer l'air et la lumiere dans les inte- 
rieurs. Dejä, certainement, les habitations urbaines, celles des bour- 
geois qui se livraient a un travail quelconque dans Finterieui- de leurs 
maisons, etaient percees de fenetres vitrees ou parcheminees, alors 
que les chäteaux conservaient encore les anciens usages, car les sei- 
gneurs feodaux et leurs hommes ne se reunissziient guere que le soir
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.