Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1126677
 391  L FENÜTRE ] 
appuis hauts, et faire decidement descendre les grandes baies des nefs 
jusqu'a l'appui de la galerie, en ne donnant a celle-ci que les pleins 
absolument necessaires pour trouver un chemin de service en R. Dans 
le choeur de la meme cathedrale ce nouveau programme fut resolu 
avec certains tätonnements : les tympans pleins au-dessils des archi- 
voltes du triforium existent encore ; on a bien cherche ales allegir en 
les decorant de gäbles avec crochets, mais la solution de continuite 
entre la fenetre et la galerie ajouree n'en existe pas moins (voy. TRI- 
Foniun). C'est en Champagne et dans Hle-de-France ou le probleme 
parait avoir ete resolu d'une maniere absolue pour la premiere fois. 
La nef et les parties hautes du choeur de Peglise abbatiale de Saint- 
Denis, baties vers 1245" (vingt ans environ apres la nef de la cathedrale 
dlämiens), nous montrent des fenctres ne faisant plus qu'un tout avec 
le triforium 1. (les lenetres presentent d'ailleurs certaines dispositions 
particulieres qui ont. une signification au point de vue de la structure. 
indiquons (l'abord cette regle a laquelle on trouve peu d'excep- 
tions : c'est que, pendant le XlIIe siecle, et meme au commencement 
du XIVE, les meneaux des fenetres offrent toujours une division princi- 
pale de manierc a fournir deux vides seulement si ces baies ont peu 
de largeur, et deux vides subdivises par des meneaux secondaires si 
ces baies sont plus larges. Ainsi les fenetres possedent des travees 
en nombre pair, deux et quatre. Ces divisions se subdivisent. encore, 
si les fenetres atteignent une largeur extraordinaire, afin de composer 
huit travees", dest-a-dire un meneau principal, deux meneaux secon- 
daires et quatre meneaux tertiaires, en tout sept meneaux. On recon- 
nait la l'e1nploi de ce systeme de cristallisation, disons-nous, vers lequel 
l'architecture gothique tombe par une pente fatale des le milieu du 
xme siecle. On concoit, par exemple, que les architectes ayant admis 
que pour maintenir les panneaux de vitraux, il ne fallait pas laisser 
plus d'un metre environ de vide entre les meneaux, a moins detre 
entraine a placer des montants de fer entre ces meneaux, comme dans 
l'exemple precedent; que du moment que les meneaux etaient consi- 
dercs comme des chässis de pierre destines a maintenir ces panneaux, 
il etait illogique de doubler ces meneaux par des barres de fer verti- 
cales, ces architectes aient ete bientot entraines a poser autant de 
montants ver-ticaux de pierre qu'il y avait d'intervalles de trois pieds 
de large a garnir de vitraux. Soit une fenetre de 2 metres de large a 
vfitrer, l'architecte pose un meneau (fig. 21). Soit de 4 metres, il pose 
un meneau principal et deux meneaux secondaires (fig. 22). Soit de 
' Mcme disposition dans l'oeuvre haute du chocur de la cathedralc clc Troyos, qui soluble 
ütre antürieure de quelques annücs aux constructions du X111" siecle de Fäglise de Saint- 
Denis. L'architecture de la Champagne est presque toujours cn avance sur celle des PTÜ" 
vinces voisines et mcme de Yllc-Llc-Fraucc. 
f Nous trouvons des exceptions ä cette regle ä la {in du X111" siäcle, dans Fcäglisc Saint- 
Urbain de 'I'royes. On le voit, c'est toujours la Champagne qui introduit des iHHOVIItiOÜS 
dans l'architecture.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.