Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1126653
389 
FENETBI 
'et du choeur de Saint-Remi de Reims avaien cherche a relier les 
fenetres superieures avec le triforium. Dans la cathetlrztle de Iteims, 
ce principe n'avait point ete suivi, mais nous voyons que dans llle- 
de-France et la Picardie 011 l'adopte avec franchise, du moins pour les 
fenetres superieures. 
La nef de la cathetlrale flÄ-Xmiens nous presente un des premiers et. 
des plus beaux exemples de ce parti. Dans cette nef, les fenetres supe- 
rieures et le triforium ne forment qu'un tout, bien que ce triforium 
soit encore clos et qu'il adopte une ordonnance particuliere. (le nou- 
veau mode a une telle importance, il indique si clairement le but que 
les architectes se proposaient d'atteindre, savoir : de supprimer en- 
tierement les murs, ce qu'en termes de metier on appelle les tapisseries, 
que nous devons ici donner une figure de ces fenetres hautes de la 
nef de Notre-Dame d'An1iens (fig. 20). En A, est tracee la face interieurtä 
de l'une de ces fenetres, et en B, sa coupe sur GGG". Les arcs-dou- 
bleaux des grandes voütes portent sur les colonnes D, et les arcs ogives 
sur les colonnes E; c'est Yarchivolte G de la fenetre qui tient lieu de 
formeret. Il n'y a donc dans cette construction que des piles et des 
fenetres. Le triforium est essentiellement lie a cette baie, non-seu- 
lement par sa decoration, mais aussi par sa structure. Cependant le 
comble H du bas cote etant. adosse a ce "triforium, une cloison I ferme 
la galerie, et un arc de (lecliarge 0 porte le filet, le passage superieur, 
et forme etresillonnement entre les piles K qui reeoivent les colonnes 
de tete M des arcs-boulants. Les piles milieux P sont placees au-dessus 
de la clef des archivoltes des collateraux, de sorte que toutes les 
pesanteurs se reportent sur les piles de la nef. Le meneau central de 
la baie est construit en assises hautes, mais (leja les meneaux intermo- 
diaires ne se composent que de grands morceaux de pierre en delit. 
Les redents des roses, grandes et petites, sont incrustes en feuillure 
dans l'appareil principal de la claire-voie superieure 1. Ces baies elant 
d'une dimension considerable, on a juge a propos de multiplier les 
barlotieres de fer, de placer des montants dans le milieu de chaque 
intervalle, et de garnir la rose superieure d'une puissante armature 
pour soulager d'autant les redents et pour resister au poids des pan- 
neaux de vitraux. Si le triforium participe (lejäi ici a la fenetre, cepen- 
dant il est encore un membre distinct de l'architecture; il n'est pas ä 
claire-voie et laisse voir des portions de tapisseries entre ces archivolles 
et l'appui des grandes baies. Ges ajours obscurs et ces surfaces pleines 
sous les grandes parties vitrees des fenetres hautes tourmentaient 
l'esprit logique des architectes du X1118 siecle. Le triforium, en effet, 
n'etait plus une galerie fermee passant sous les fenetres, c'etait deja 
un soubassement de la fenetre, mais un soubassement qui ne s'y reliait 
pas assez intimement. En disposant les combles des bas cfitäs en 
pavillons ou en terrasses, on pouvait mettre a jour aussi la cloison du 
1 Voyez, p0ur les dätails de la construction de ces claires-voies, 
l'article MENEAU.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.