Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1126611
 385  [ l-"IZNIÜJTRE 1 
central G. La clef de cet are estpenetree parla rose, qui est seulement 
prise entre les claveaux de Parchivolte O, A son tour, la rose recoit en 
feuillure les PPtiPlltä H, qui ne portent point feuillure, mais des pitons 
a linterieiir pour maintenir les panneaux des vitraux. N'oublions pas 
de mentionner que les colonnettes du meneau central, aussi bien que 
celles (les pieds-droits, ne sont point reliees a la construction, mais 
sont posees en tlelit, suivant la methocle usitee pour laplupart des 
colonnettes, a la tin du xnt sieele. Du cote exterietir, ces fenetres 
donnent le trace geometral fig. 18. Ijarchivfblte G, etant un arc de de- 
eliarge, setrouve naturellement soumise aux tassements et mouvements 
queul subis la batisse : or, la rose, etant laissee libre, maintenue seu- 
lement par le frottement entre les reins de tarchivolle, ne risque pas 
(Vetre brisee par ces tassements ; elle peut etre quelque peu deftirmee, 
comme le serait un cereeziu de fer ou de bois qu'on presserait, mais 
ne sauraitse rompre. C'est la une marque de prevoyance acquise par 
une longue observation des effets qui se manifestent dans d'aussi vastes 
(ronstructions. 
Toutes les fenetres de la cathedrale de Pteims sont construites flapres 
ce principe. Notre figure geometrale (fig. 18) indique en A la coupe (le 
la partie superieure de la fenetre, B etant le berceau-formeret inte- 
rieur. On voit en O la facon dont sont encastres les redents de la rose, 
maintenus a leur extremite D par un cercle de fer et. des clavettes E; 
en G, les fGUlÜLIFGS des vitraux poses a Finterieur. On remarquera que 
cette feuillure dans l'appui, dont la coupe est traeee en I, se retourne 
pour rejeter sur le talus exterieur H les eaux pluviales ou de buee 
coulant le long des vitraux. Un detail perspectif K fait saisir cette 
disposition double des feuillures. En L, nous avons trace une section 
horizontale (les meneaux et pieds-droits avec la saillie du tzilus cir-- 
culaire NI; en t), la penetration des bases des colonnettes des piedsv 
droits et meneaux etablis sur plan droit dans ce talus (voy. GLlAPELLli, 
fig. 36 et 37). 
Que les fenetres de la cathedrale de Reims soient. eitroites ou larges, 
elles ne possedent toujours qutun meneau central et deux vides; il en 
resulte que ces vides ont, soit P220 de largeur, soit 2'230. Pour main- 
tenir les panneaux des vitraux dans dtaussi larges baies, il fallait des 
armatures de fer lrfäs-ftrrtes. On prit donc bientot le parti de multiplier 
les meneaux pour les fenetres larges, afin (l'avoir toujours des vides a 
peu pres egaux. Au lieu d'un seul meneau, on en monta trois, de fagon 
a diviser la baie en quatre parties degales largeurs. Ce ne fut que vers 
4240 que cette modification importante eut lieu, et des lors, chaque 
fois que la nature des materiaux le permit, les meneaux ne furent. plus 
que des chassis composes de pierres en delit et engages en feuillure 
sous les archivoltes. Parmi les plus belles et les premieres fenetres 
de ce genre, il faut mentionner celles de la sainte Chapelle haute du 
Palais a Paris. On retrouve la (fig. 19) le principe qui commande la 
construction des fenetres de la cathedrale de Reiins, cest-a-dire que 
V,  fait
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.