Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1126560
[ l-"ENIÄYIRE ]  380  
Chartres cherchait des combinaisons de fenetres entierement neuves 
pour eclairer la haute nef. Il s'etait lISIÄPClHt, dans les collateraux, aux 
habitudes de son temps, cest-a-dire qu'il avait perce des fenetres 
terminees par des arcs en tiers-point, ne remplissant pas l'espace 
compris entre les piles; il zivait voulu laissera ce soubassement l'as- 
pect d'un mur. Mais nous voyons que dans la partie superieure de son 
edifice il change de systeme: d'une pile a l'autre il bande des formerets 
plein cintre ; puis, dans Penorme espace vide qui reste a chaque travee 
au-dessus du triforiuin, il eleve deux larges fenetres surmontees d'une 
grande rose (fig. lä; voy. la coupe C); A est le formeret faisant archi- 
volte a Fexterieur, doublee d'un grand arc D donnant lepaisseur de 
la VOÜIO V. L'entourage de la rose R. recoit en feuillure des dalles per- 
cees de quatrefeuilles et formant de larges claveaux. En B, sont tra- 
cees les portees des arcs-boutants. Il est bon de comparer ces fenetres 
avec celles donnees ci-dessus (fig. 111), ou celles anciennes de la nef de 
la cathedrale de Paris, bien peu anterieures. On reconnait dans cette 
construction de Notre-Dame de Chartres une hardiesse, une puissance 
qui contrastent avec les tatonnements des architectes de llle-(le-Iiraiice 
etde la Champagne. (Testa Ghartres ou l'on voit, pour la premiere fois, 
le constructeur aborder franchement la claire-voie supericure occu- 
pant toute la largeur des travees, et prenant le formeret de la vonte 
comme archivolte de la fenetre. Simplicite de conception, structure 
vraie et solide, appareil puissant, beaute de forme, emploi judicieux 
des materiaux, toutes les qualites se trouvent dans ce magnifique speci- 
men de l'architecture du commencementdu XIIIÜ siecle. N'oublions pas 
d'ailleurs que ces arcs, ces piles, ces dalles percees, sont faits de pierre 
de Bercheres d'une solidite a toute epreuve, facile a extraire en grands 
morceaux, d'une apparence grossiere; ce qui ajoute encore a l'effet 
grandiose de l'appareil. On ne peut douter que la qualite des materiaux 
calcaires employes par les architectes de Fepoque primitive gothique 
n'ait etc pour beaucoup dans l'adoption du systeme de construction 
des grandes fenetres. Ce qu'on faisait a Chartres au commencement 
du XllIE siecle, on n'aurait pu le faire avec les materiaux des bassins de 
l'Oise, de la Seine, de l'Aisne et de la Marne. Dans ces contrees on ne 
songeait pas a employer les dalles percees, on ne le pouvait pas : on 
aecouplait les fenetres, on les elargissait autant que POSSibIG, lHüiS 
on n'osait encore les fermer avec des claires-voies de pierre. En Bour- 
gogne, oii les materiziux sont tres-resistants, vers la seconde moitie 
du X112 siecle, les roses se remplissaient de reseaux de dalles percees 
(voy. Rosa), mais non les fenetres. A Laon, vers 1150, les architectes 
balancaient encore entre les formes de fenetres de Pepoque romane e! 
celles nouvellement percees dans les edifices religieux voisins, comme 
la cathedrale de Noyon, comme Yeglise abbatiale de Saint-Denis. Dans 
le mur pignon du transsept de Feglise zibbatiale de Saint-Martin il 
Laon, bien qüe la structure de Pedifice soit deja gothique, nous voyons 
des fenetres qui ifabandonnentpas entierement les traditions romanes
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.