Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1126463
FENETHE 
370 
sur tel point; elle use des moyens qui ont ete 1e privilege de notre art 
avant Fere classique; elle pense que les fenetres n'existent pas par 
elles-memes, que leur dimension, leur forme, sont la consequence du 
vide a eclairer. Il est a croire que les architectes grecs, les architectes 
romains et ceux du moyen äge seraient fort surpris s'ils nous voyaient 
donner, dans des publications sur l'art de l'architecture, des exemples 
de fenetres sans dire comment, ou et pourquoi ces haies sont faites, 
quelles sont les salles qu'elles eclairent. Cela est en effet aussi etrange 
que le serait, dans une publication sur l'histoire naturelle des animaux, 
une collection d'oreilles presentees sans tenir compte des teles qui les 
portent. Une oreille dline est fort belle assurement, mais a la condition 
qu'elle ornera la tete d'un ane. Nous essayerons donc, en presentant 
des exemples de fenetres, puisqu'il s'agit ici de ce membre important 
de l'architecture, (l'indiquer leur place et leur fonction. (l'expliquer les 
raisons qui ont fait zulopter telle ou telle forme et disposition. 
FENETRES APPARTENANT A ÜAHCIIITECTURE RELIGIEUSE.  Nous avons dit 
deja que dans les eglises anciennes, (fest-a-dire dans celles qui ont 
ete construites du Ville au Xle siecle, les fenetres ne recevaient pas de 
vitraux, que les vitraux etaient une exception ; que ces fenetres etaient 
beantes, ou fermees, pour briser le vent, par des claires-voies (le 
pierre, de bois ou (le mctal. (Yetait une tradition antique. Dans les 
rudes contrees de la haute Bourgogne, les eglises clunisiennes n'ad- 
mettaient aucune fermeture a leurs tenetres jusquiau XIIe siecle. Les 
fenetres de la nef de Feglise de Vezelay, 109051 1140, hautes et basses, 
etaient sans vitres, sans claires-voies, laissant passer librement Pair et 
la lumiere. Voici (fig._6) une de ces fenetresf. La section horizontale 
de ces baies en A donne un double biseau sans feuillure ni repos pour 
recevoir un chassis. Ce biseau a Fexterieuif avait l'avantage : 10 (le per- 
mettre a la lumieife de s'introduire facilement; 2" de rompre l'action 
du vent qui sengoulfrait entre ces deux surfaces inolinees. Une pente 
B a Fexterieuif rejette les eaux pluviales. A Pintelrieur l'appui C regne 
au niveau des tailloirs des chapiteaux. Larchivolte D est immediate- 
ment placee sous le formeret de la voüte; le cintre de ces baies n'est 
donc point concentrique au cintre des formerets, mais profite de toute 
la hauteur du collateral pour introduire le plus dejour possible. En E, 
nous presentons l'aspect exterieur de la fenetre. 
Dans les provinces de POuest cependant, vers la meme epoque, les 
moeurs etaient plus douces, et on ne laissait pas ainsi les interieurs 
exposes a tous les vents; les fenetres, a la fin du x13 siecle, emient 
petites, etroites, et souvent garnies de claires-voies de pierre d'un tra- 
vail assez delicat et d'unjoli dessin. Il n'existe qu'un tries-petit nombre 
mämc plan; seulement 
16, pour permettre 51 la 
' Des collatäraux. Celles de la nef haute sont tracäes sur le 
elles sont plus longues et portent 51 Pintdrieur un appui träzs-inclil 
lumiäre du ciel de frapper Llirectcmcnt sur 1e pZWÜ,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.