Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1126457
369 
_FENI 
fTRE 
ront plus 'de traces : la lumiere directe solaire est donc elle-meme 
alteree par les bords du diaphragme qui lui permet de s'introduire 
dans un vaisseau ferme. Une personne placee au fond d'un souter- 
rain de 500 metres de long, dont l'orifice ne serait que de 2 metres, 
en admettant que les rayons solaires passassent par l'axe de ce 
souterrain, distinguerait. parfaitement son orifice, mais ne recevrait 
aucune lumierc. Ainsi, en admettant ineme l'intervention directe des 
rayons solaires, le faisceau lumineux va toujours en diminuant de dia- 
metre de Fexterieui" a l'interieur : donc, toute fenetre doit. avoir une 
ouverture proportionnee a Fetendue du vaisseau a eclairer; si cette 
ouverture est trop petite, on voit la fenetre, mais elle ne donne plus de 
lumiere directe, et ce n'est pas tant la multiplicite des jours qui donne 
de la lumiere franche dans un interieur que leur dimension relative. 
Une salle (fztrree de 25 melres de cote, qui serait eclziireie par vingt 
feneätres d'un metre de surface chacune, serait parfaitement sombre 
dans son milieu; tandis que (leux fenetifes de 10 melres de surface 
chacune, percees dans deux de ses parois opposees, eclznireraient assez 
ce milieu pour qu'on y put lire. Les surfaces lmnineuses, les fenetres 
en un mot, (loiventflonc etre calculees en raison de Fetendue des inte- 
rieurs. ll est entendu d'ailleurs que nous ne parlons que des fenetres 
prenant le jour direct du ciel, car si elles ne reeoivent que des jours 
de reflet, il est evident que la pyramide ou le cone lumineux qu'elles 
produironta Finterieur sera beaucoup plus court. L'observation avait 
peu a peu amene les architectes du xne sieele a appliquer ces lois que 
l'amour pour la symetrie nous a fait negliger, car nous en sommes 
arrives, pour obtenir a Fexterieur des faeades percees de jours de 
pareilles dimensions, a eclairer de grandes salles et de petites pieces 
au moyen de jours semblables entre eux; nous ne savons plus ou nous 
ne voulons plus (pour contenter certaines lois_classiques que les 
anciens se sont bien gardes d'appliquer) produire de grands effets de 
lumiere interieurs au moyen de jours plus ou moins larges; nous avons 
perdu le sentiment du pittoresque dans la faeon d'eclairer les inte- 
rieurs. Cependant la disposition des jours dans un interieur, surtout. 
si le vaisseau est grand, divise, est un des moyens d'obtenir sans frais 
des effets puissants. Nous voyons l'architecture romane, quand elle 
se degage de la barbarie, pousser tres-loin deja cette connaissance de 
l'introduction de la lumiere du jour dans linterieur de ses eglises et 
de ses grandes salles : cette architecture admet que certaines parties 
d'un vaisseau doivent etre plus eclairees que d'autres; elle inondera 
.n sanctuaire de lumiere et laissera la nef dans un demi-jour; ou bien 
zlle prendra dans les extremites du transsept desjours enormes, tan- 
dis qu'elle laissera le sanctuaire dans Fobscurite; ou bien encore elle 
percera de petites fenetres dans les murs des collateraux, tandis qu'elle 
rendra les hautes voütes lumineuses. Elle procedera avec la lumiere 
comme elle procede quand il s'agit de decorer une ordonnance : elle 
sait faire des sacrifices; elle est sobre ici pour paraitre plus brillante 
 v.  47
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.