Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1126319
 355  [ FABLIAU ] 
est intitule: De Lupo et Grue. Et en eifet cette fable est une de celles 
que nous trouvons sculptees 1e plus frequemment dans des edifices 
du X118 siecle et du commencement du XIII"  
Sur le portail de la cathedrale d'Autun, 1130 ä 1140, il existe un cha- 
piteau qui reproduit cet apologue si connu (fig. 11). Mais c'est ä partir 
du X1118 que la sculpture et la peinture prirent souvent des fabliaux 
I 
 Ü 
  
Äl:_ M ' LA  Ut EX    x 
  äwräfi); 
  WÄIIHIIIIIÜFFV  
1,,   "1 Äf-B" f V" 
9:51, 1; M   1m11;  
H   Wvxm" {(4 
 nüällllf   
d walxffäüaxf. Üi  n. 
  
comme sujets secondaires sur les portails des eglises, principalement 
des cathedrales et sur les edifices civils; les artistes en ornerent les 
chapiteaux, les culs-de-lampe, les panneaux. Au xvo siecle, les fabliaux, 
singulierement nombreux, presque tous satiriques, inventes ou arran- 
_ges par les trouveres jongleurs des x11? et XIVÜ siecles, fournirent aux 
arts plastiques un recueil inepuisable de sujets que nous voyons 
reproduits sur la pierre, sur le bois; dans le lieu saint comme dans 
la maison du bourgeois. Il y a quinze ans, un auteur verse dans 
la connaissance de notre vieille poesie francaise ecrivait cecif : a Pour 
a ne parler que des trouveres, auteurs de fabliaux, on leur reproche 
a surtout le cynisme avec lequel ils traitaient les choses les plus res- 
u pectables, les ecclesiastiques etles femmes. Mais n'oublions pas qu'il 
c n'y avait alors ni presse, ni tribune, ni theätre. Il existait pourtant, 
u comme toujours il en existera, force ridicules et abus. La societe 
u est malheureusement ainsi faite, qu'il faut une sorte d'event, d'exu- 
u toire, au nie-contentement populaire; les trouveres jongleurs, mo- 
a queurs et satiriques, etaient une necessite, un besoin de cette societe 
c malade et corrompue. Leurs satires trop vives, meme grossieres sou- 
(f vent pour nos oreilles delicates, ne paraissaient pas telles a leurs con- 
a temporains, puisque le sage et chaste roi saint Louis ecoutait ces 
a satires, s'en zimusaitet recompensait leurs auteurs: temoin Rutebeuf, 
u l'un des moins retenus de ces vieux poetes. Et d'ailleurs ces satireS 
a contre les moines, par exemple, etaient-elles si peu motivees ? Qlli ne 
1296, 
f Voyez l'article de la Pnäsie au moyen 
archdol, t. Il, p. 261, publ. par Dldronl). 
Dur 
M. Viollcl-le-Duc 
PÜFe 
(A nnalcs
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.