Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1126251
3119 
ETUVE 
a sur cinq chambres sises derriere Fllotel-Dieu, entre le monnayeur 
a et les bains, inter nzonetarium et balnea. Il est probable que ces bains, 
u qui occupaient l'emplacement ou l'on voit encore le gracieux hotel 
a des Lions, etaient les seuls qu'il y eut primitivement a Provins, et 
H leur anciennete leur avait fait donner le nom de vieux bains. Ils tom- 
ff baient en ruines en 1356. Louis le Hutin en etablit de nouveaux en 
u 1309 a cause de l'affluence du peuple, ob affluentiavn populi, dit Mois- 
a santl; mais cette affluence ne fut pas de longue duree, car nous 
u voyons, quelque temps plus tard, le louage des bains diminuer d'annee 
a en annce d'une maniere sensible "l. a 
Ces etuves ne consistaient qu'en des chambres plus ou moins spa- 
cieuses dans lesquelles on disposait des cuves remplies d'eau tiede au 
moyen de conduites, comme cela se pratique encore aujourd'hui. Dans 
les palais, les salles de bains etaient decorees souvent fort richement. 
           
roi Charles V avait fait disposer pour la reine des chambres de bains 
qui etaicnt pavees de pierres de liais, u fermees de portes de fer treil- 
a lisse, et entourees de lambris de bois d'lrlande ; les cuves etoient de 
a meme bois, ornees tout autour de bossettes dorees, et liees de cer- 
u ceaux attaches avec des clous de cuivre dore. a 
Depuis le xrve siecle, dit ailleurs le menie auteur 4, a nos rois bastirent 
u des eluves a la pointe de cette Isle (du Palais)5, et pour celles tirent 
a faire un logis nomme la maison des Etuves, tant pour eux et pour 
u leurs enfans que pour les princes et autres grands seigneurs loges 
u avec eux; car en ce temps-la il y en avoit non-seulement dans tous 
u les palais et les grands hostels, mais meme dans les rues de Paris, 
a destinees expres pour cela; d'on vient que quelques-unes conservent 
a encore ce nom de rue des Etuves..." Pour ce qui est des Etuves de 
u cette Isle, elles furent donnees par Henri Il aux ouvriers de la Mon- 
a noie, au moulin qu'il fit fabriquer en cet endroit-la, mais qu'on ruina 
a lorsqu'on entreprit le pont Neuf. n 
Chez les particuliers, on avait des cuviers qui servaient de baignoires 
et que l'on placait dans une chambre lorsqu'on voulait se baigner; on 
appelait cela tirer le bain"... a Il fit tantost tirer les bains, chauffer les 
a estuves. n On prenait meme parfois ses repas etant ainsi au bain: a Tan- 
a tost se bouler-eut au bain, devant lequel beau souper fut en hastc cou- 
q vert et servi? n Et ailleurs: a Unjour entre les autres Madame eutvou- 
f u En 1309, on fait le pavemcnt des bains avec des pierres de Paris; on appareille 
fournel, chaudiüres et ätuvcs. v 
E 4: En 1311, les bains neufs sont louäs 240 livres; en '13l5, 100; en 1320, ÜÜS 
0D 1325, 95. n 
a Ilist. et Antiq. de la ville de Paris, t. Il, p. 280. 
1 1bid., 1. w, p. 9s. 
5 VCPS 10 lBrFe-plein du Pont-Neuf. 
6 La lllädüille d revers (Cent Nouvelles nouvelles).
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.