Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1126243
L ETUVE j  348  
thermales. a Passionne pour la natation, ajoute-t-il, Charles y devint 
a si habile, que personne ne pouvait lui etre compare. C'est pour cela 
(4 qu'il fit batir un palais a Aix-la-Ghapelle, et qu'il y demeura con- 
a stamment pendant les dernieres annees de sa vie, jusque sa mort. 
a Il invitait a prendre le bain avec lui, non-seulement ses fils, mais 
a encore ses amis, les grands de sa cour et quelquefois meme ses sol- 
a dats et ses gardes du corps; de sorte que souvent cent personnes et 
(f plus se baignaient a la fois. n Il n'est pas douteux que Gharleniagne 
en ceci, comme en beaucoup d'autres choses, ne faisait que reprendre 
les habitudes des Romains de liantiquite. 
On ne trouve plus trace de ces grandes dispositions a partir du 
x9 siecle ; et les bains, depuis le X110 siecle, ne sont que des etuves, c'est- 
a-dire des etablissements analogues a ceux que nous possedons encore 
aujourd'hui, si ce n'est que les baignoires etaient de bois, de marbre 
ou de pierre, et les chambres de bains probablement moins incon1- 
modes que les notres. Il etait assez d'usage, pendant le X111" siecle, de 
se baigner en compagnie, quelquefois rneme dans la meme cuve. 
a Puis revont entfeus as estuves, 
uEt se baignent ensemble es cuves 
(Qu'ils ont cs chambres toutes prcstes, 
a Les chapeläs de {lors es testes, 
 
a Quand vendrait la froide saisons, 
ätant bien clos, on allumerait bon feu; 
tout 
a On feroient cstuves chaudes, 
a En quoi lor haleries bandes 
a Tuit nuz porroient demener, 
a Quant l'air verraient forcener, 
a Et geter pierres et tempestes, 
aQui tuassent as champs les hestes, 
uEt grands flueves prendre et glacier". 
Il paraitrait qu'alors (au X1119 siecle) iLy avait des salles de bains dans 
les chäteaux, mais qu'il existait des etuves publiques tres-frequcentees 
dans les villes. En effet, beaucoup de villes anciennes ont conserve 
leur rue des Etuves. Dans l'excellente Histoire de Provins, de M. Bour- 
quelot3, nous lisons ce passage : aQuant aux etuves, la premiere men- 
a tion que nous en trouvons existe dans un titre de mai 1236, (Fapres 
a lequel Raoul de Brezelle, chevalier, donne aux pauvres de la Maison- 
(K Dieu de Provins x11 den. de cens qu'il avait et percevait annuellement 
11132 et suiv. 
i Le Roman de la rase, vers 
a Ibid., vers 17875 et suiv. 
a Tome I", p. 277; 1839,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.