Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1126162
E TAI 
340 
tront de serrer fortement ce chassis contre le cylindre. Ce chassis en- 
veloppera la pile cylindrique au-dessous de l'astragale du chapiteau 
(voy. le trace D) ; nous maconnerons en bon plätre tout l'intervalle entre 
le dessus du chässis C et les cornes du tailloir E du chapiteau. Sous 
les angles du chassis nous poserons huit chandelles G, indiquees aussi 
en 6' sur le trace B, assez inclinees pour nous permettre de passer les 
assises a remplacerH. Mais sous le chapiteau il existe un ou deux tam- 
bours intacts qu'il faut conserver. Nous ferons faire quatre equerres 
de fer, suivant le trace F, de la hauteur des tambours a conserver; ces 
equerres seront itixees avec des vis a tete carree et entaillees sur le chas- 
sis ; leur patte I viendra mordre le lit inferieur du tamboura conserver. 
Cela fait, nous pourrons enlever l'assise K a la masvse et au poincon, 
puis deposer les tambours inferieurs et les remplacer en pierre neuve. 
Si toute la pile inferieure est ecrasee, si son chapiteau est brise, si les 
sommiers des arcs sont mauvais, nous procederons de la meme maniere 
pour le chapiteau de la colonne au-dessus (fig. 6) : nous ferons passer 
les huit chandelles a travers les huit remplissages des voütes (voy. le 
plan M) en P, nous ferons descendre nos equerres de ferjusqifau point 
malade, soit 0, et nous demolirons toute la partie inferieure pour la 
PClJÄltlP en sous-oeuvre; enlevant les voütes (une fois la partie superieure 
etayee), nous remonterons d'abord la pileinferieure avec ses sommiers 
d'arcs; et, cela termine, on enlevera les chandelles et le chässis, et l'on 
reposera les voütes sur cintres sans embarras. 
Si l'on ne peut se tier a la solidite des chapiteaux, ou si les piles n'en 
possedent pas, si ces chapiteaux eux-memes sont a reprendre parce 
qu'ils seraient brises, on peut avoir recours a des chevalements avec 
chapeaux de fer. 
Il arrive, par exemple, que des piliers (fig. 7) recevant deux archi- 
voltes A, deux arcs ogives B et un arc-doubleau C, plus en D la charge 
de piles superieures portant des voütes hautes, ont ete affames, brises, 
ou qu'ils se sont ecrases jusqu'au-dessus des sommiers des arcs. Dans 
ce cas, pour reprendre ces piliers, leurs chapiteaux et leurs sommiers 
en sous-oeuvre, il ne s'agit pas seulement d'etayer les constructions 
superieures; il faut encore que ces etayements permettent de manoeu- 
vrer de gros blocs entre eux et de les faire arriver a leur place, sans trop 
de difficulte, de les bien poser et de les bien ficher. Etayer n'est rien, 
mais etayer de maniere a permettre de reconstruire entre les etais est 
souvent un probleme difficile a resoudre. 
Soit donc E', en elevation la pile E; non-seulement cette pile est 
mauvaise, mais les sommiers des arcs sont brises jusqu'en F. A partir 
de ce niveau, la Inaconnerie, qui prend plus d'epaisseur, s'est conser- 
väe; il s'agit d'enlever toute la construction comprise entre F et G. 
D'abord nous poserons un cintre sous Farc-doubleau C, deux cintres 
sous les deux arcs ogives B, puis (fig. 7 bis) nous poserons sous les deux 
archivoltes A deux etayements disposes comme l'indique notre trace; 
en HH nous placerons deux etais ordinaires pour bien maintenir le
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.