Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1126044
[ ESCALIER ]  328  
billardement. posterieur en V, pratique pour degager et allegir. C'est 
(Papres ce principe que sont tailles les deux escaliers du sacraire de la 
sainte Chapelle du Palais (xule siecle), et quelques escaliers de beffroi. 
notamment celui de 1a tour Saint-Romain a liouen (xve siecle). Deux 
des moulants, coupes a 2 metres du sol, et. reposant sur une traverse 
assemblee dans les poteaux voisins, permettaient (l'entrer dans ces 
cages et de prendre la vis. Il est clair qu'on pouvait orner les montants 
de (zhapiteaux, de moulures, que les goussets pouvaient etre fort riches 
et les abouts des marches profiles. Le boulon d'axe excepte, ces esca- 
liers etaieut brandis et maintenus assembles sans le secours de fer- 
rures; detait oeuvre de menuiserie, sans emploi d'autres moyens que 
ceux propres a cet art, si ingenieux lorsqu'il s'en tient aux methodes 
et procedes qui lui conviennent. 
Vers le commencement du xvf siecle, on cessa generalemeut, dans 
la structure des escaliers a vis de charpente ou menuiserie, de faire 
porter a chaque marche un morceau .du noyau. Celui-ci fut monte d'une 
seule piece, et les marches vinrent s'y assembler dans une suite de 
mortaises creusees les unes au-dessus des autres suivant la rampe. 
C'est ce qu'on faisait a la meme epoque pour les escaliers a vis de 
pierre, ainsi que nous l'avons dit plus haut. De meme qu'on sculptait 
les noyaux de pierre, qu'on y taillait des mains coulaules, qu'on y me- 
nageait des renforts pour recevoir les petits bouts des marches, de 
meme on facounait les noyaux de charpente. Nous avons vu demolir 
dans l'ancien collage de Montaigu, a Paris, un joli escalier a vis de me- 
nuiserie, dont le noyau, pris dans une longue piece de bois de 12 a 
'15 metres de hauteur, etait fort habilement travaille en facon de colonne 
a nervures torses avec portees sous les marches et main coulante. Nous 
donnons (fig. 31) la disposition de ces noyaux de charpente au droitde 
l'assemblage des marches. En A, on distingue les mortaises de chacune 
de ces marches, avec Pepaulement inferieur B pour soulager les por- 
tees; en C, est la main coulante prise dans la masse, comme Fepaule- 
ment; son profil est trace en D, coupe perpendiculairement a son incli- 
naison; le profil de la corniche avec Pepaulement est trace en E. 
Avant de finir cet article, disons un mot de ces escaliers pivotants 
dont parle Mathurin Jousse, et qui devaient etne employes dans (les 
logis ou l'on avait a craindre des surprises de nuit, dans les manoirs et 
les donjons. Ces escaliers s'etablissaient dans une tour ronde, dans un 
cylindre de maeonnerie perce de portes a la hauteur des etages ou l'on 
voulait arriver. L'escalier etait independant de la maconnerie, et se 
composait (fig. 32) d'un arbre ou noyau a pivot supportant tout le svs- 
teme de charpente. Le plan de cet escalier est figure en A, et sa couvpe 
en B. A chaque etage auquel il fallait donner acces etait manage un 
palier C dans la macouuerie. Nous supposons toutes les portes percees 
au-dessus de celle D du rez-de-chaussee. La premiere marche est en 
E; de E en F, les marches sont. fixes et sont iudependantes du noyau 
de charpente monte sur un pivot inferieui" de fer G, et maintenu au
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.