Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1126017
325 
ESCALIER 
derniere marche faisant marche paliere; en H, la premiere marche de 
deparl; posant sur la marche paliere, avec son tenon I slissemblant dans 
le poteau ; en K, la portee de la marche paliere vue en coupe entre les 
deux poteaux. Cette marche paliere, assemblee a mi-bois dans le po- 
teau et reposant en partie sur la poutrelle G, est fortement serree dans 
son assemblage au moyen d'un boulon qui vient prendre le gousset D. 
Les poteaux ont 0'218 sur 0'220 poses de champ dans le sens de l'em- 
marchement. Le gousset D et. leslimons EFJ, FF' ne sont pas assembles 
dans les milieux des poteaux: ces limons portent 0'215 depaisseur, et 
affleurent le nu exterieur des poteaux (voy. le plan). Voyons les divers 
assemblages pratiques dans le poteau, traces dans le detail perspectif 
0 : En N, est le renfort destine a recevoir la poutrelle de butee (l; en 
P, les deux mortaises et Pembrevement d'assemblage de cette pou- 
lrelle; en R, Fentaille dans laquelle se loge la marche palierc avec le 
trou S du boulon; en T, le gousset. Le trace perspectif Q nous montre 
la marche paliere du cote de ses entailles entrant dans celles R des po- 
teaux. La (lerniere marche d'arrivee est figuree en U; la prelniere 
marche de depart en V, avec son embrevelnenl, et son tenon X : on voit 
En Y le trou de passage du boulon. Ce systeme d'escalier a rampes 
droites avec paliers persista jusqu'au xvue siecle; il etait fort solide, 
T16 pouvait se deformer comme la plupart de nos escaliers, dont les 
limons attaches seulement aux marches palieres finissent toujours par 
lletfliir. C'est de la veritable charpente dont tous les assemblages sont 
visibles, solides, et composent seuls la decoration. Rien ne s'opposait 
(l'ailleurs a cc qu'on couvrit ces poteaux, ces limons, ces liens, ces ba- 
lustrades, de sculptures et de peintures; aussi le faisait-on souvent. 
On elevait en bois des escaliers a vis aussi bien qu'en pierre. Les plus 
anciens etaient construits de la meme maniere, cfest-a-dire que les 
      
 i   
X  X   
 f f f si 
(N 1M HL? c , 
X-ew-      Q 
   [V1 l x  
XXEIQITIIA E    Il),    
uuxzäääggawf    .  
f. QQÄF-Yikxä" q? Vu"   Kwsmtäy; '11  W 
mäircphes etaient pleines, superposees, et portaient noyau. On en fanon- 
Eätsalflmlblesälmpns gui pouvaient posseder deux rampes, ainsi que 
avons 1t p us aut, dest-ä-dire (fig. 29) qu'en entrant indiffe- 
remment par l'une des deux portes  on prenait l'une ou l'autre
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.