Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1125655
289 
ESCAL 
pose sur des sablieres horizontales, est supporte par une double arca- 
ture ä jour forl. riche, dont les colonnes diminuent suivant Pelevation 
des degresk  
La plupart des grandsalles des chaleaux etaient situees au premier 
etage, et l'on y montait, soit par de larges perrons, soit par des rampes 
droites couvertes, accolees ou perpendiculaires a ces salles. 
La grandsalle du chateau de Montargis, qui datait de la seconde 
moitie du x11? siecle, possedait un escalier a "trois PZIIÜPGS avec galerie 
de communication portee sur des arcs (voy. ÜHATEAU, fig. 15). Cet esca- 
lier etait dispose de telle facon que, de la granfFsalle A (voy. le plan 
fig. 2), on pouvait descendre sur l'aire de la cour par les trois degres 
B, G, D. Il etait couvert pardes combles de bois posant sur des colonnes 
et piliers de pierre? On appelait, dans les palais, ces sortes d'escaliers, 
le dcgrä par excellence. La rampe avait nom äpuievnent3 1 
pales vint, Füpuielnent 
 sanc le truva tut sanglant. 
Les couvertures de ces rampes droites elaient ou de bois, comme 
21 Canterbury et aMonlai-gis, ou voütees, comme, beaucoup plus tard, 
a la chambre des (zomptes et a la sainte Chapelle de Paris. Ces deux 
(lerniers (legres montaient, le long du bätiment. Celui de la chambre 
des comptes, elevee sous Louis Xll, etait un chef-dkeuvre delegance; 
il aboutissait in une loge A s'ouvrant sur les zippartements (fig. 3, voy. le 
plan). Cette loge et le porche B etaient voulues; la rampe etait couverte 
par un lambris. Surla face du porche, on voyait, en bas-relief, un ecu 
couronne aux armes de France, ayant pour supports deux cerfs ailes, 
la couronne {Jassee au con et le tabar du heraut dlarmes de France 
fleployfeä au dos. Sous l'eau, un porc-epio surmonte d'une couronne, 
avec cette legende au bas : 
Rcgi 
a Cu 
a Frnncoruln larobitas LÜdUViOUS, 
Mur, ct lBÜICPCiB rcligionis apex. 
unesli 
Le tout, sur un semis de fleurs de lis elde (luuphins couronnes. Le semis 
(le fleurs de lis etait sculpte aussi sur les tympans des ares et sur les 
pilaslres. La balustrade pleine presenlait, en bas-relief, des L passant 
ä travers des couronnes, puis des dauphinsä 
Pour monter sur les chemins de ronde des forliticzitions, on etablis- 
sait, des le X116 siecle, de longues rampes droites le long des courlines, 
avec parapet au sommet. Les marches reposaient alors sur des arcs et 
se prolilaient toujours ä fexterieur, ce qui permettait de donner plus 
' Voy. Sunna lcvuunt ofdomest. Archilecl. in Enylmzal, frvm Llw conquest t0 the end 
0]" the thirtccfztlz century, by T. Hudson Turner. J. Parkcr, Oxford, 1851. 
"i Voy. Ducerccau, Des plus ewcellens bastimens de France. 
K Lai, {Fhvenec (Fada-l'es du Jlczrie dv Ifrance, x11!" sibclc). 
i V0)? T01wyfr. de la Ifrance, Biblioth. nation. 
v.  37
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.