Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1125479
271 
En 
ne se refuse jamais ä l'expression vraie d'un besoin. Il arrivait, par 
exemple, qu'il etait necessaiife de disposer, pres d'une grande salle, de 
petites pieces ou des galeries de service auxquelles il netait pas utile 
de donner, sous plancher, la hauteur de cette grande salle; ces ser- 
vices etaient alors entre soles. Nous avons donne des exemples (le ces 
dispositions interieures dans l'article ÜONSTRUCTION, tig. M9 et 420. 
ENTRETOISE, s. f. C'est une piece de bois qui s'assemble horizonta- 
lement dans deux arbalelriers ou dans deux poutres principales d"un 
plancher. Les fermes d'un comble peuvent recevoir des pannes, les- 
quelles sont posees sur les arbaletrieifs et calees par des chantignoles, 
tandis que les entretoises sont assemhlees ä tenon et mortaise dans 
ces arbaletriers. Dans les planchers de charpente, les entretoises sont 
de veritubles clzevätres. (Voy. ÜIIARPENTE, PLANCHER.) 
EPANNELAGE, s. m. C'est la taille preparatoire d'une moulure ou 
d'un ornement. Aujourd'hui, dansles constructions de pierre de taille, 
on pose toutes les pierres epannelees seulement; le ravalement se fai- 
sant sur le tas, lorsque la construction est elevee. Jusqu'au Xvlc siecle, 
chaque pierre etait posee ravalee et meme sculptee ; aussi les editices 
ne risquaient-ils jamais de rester epanneles, comme cela est arrive 
souvent depuis. Les Grecs et les Romains posaient les pierres de taille 
epannelees seulement, et le ravalement se faisait apres la pose. On voit 
encore quelques monuments grecs et beaucoup de constructions ro- 
znaines qui sont restes epanneles. Le temple de Segeste en Sicile n'est 
quläpannele. La porte Majeure, a Home, quelques parties du Colisee, 
llamphitheätre de Pola, etc., rfontjamais ete completement ravales. 
EPERON, s. m. On emploie souvent le mot äperon pour contre-fort, 
bien que le contre-fort et Peperon ne soient pas choses semblables. 
Le contre-fort est une pile exterieure destinee a renforcer un mur au 
droit d'une poussee; la denomination d'eperon ne doit s'appliquer 
qu'a certains renforts de maconnerie, angulaires en plan, formant 
saillie sur la surface cylindrique exterieure des tours de defensfgpour 
eloigner Fassaillant et s'opposer a l'effort des beliers ou au travail des 
mineurs (voy. ARCHITECTURE MILITAIRE, CONSTRUCTION, PORTE). Ces eperozis 
s'appellent aussi des becs.  
EPI, s. m. On donne le nom d'äpi ä certaines decorations de terre 
cuite ou de plomb qui enveloppent Pextremite des poincons de croupe 
ou de pavillon ä leur sortie d'un comble. Tout pavillon ou croupe de 
charpente doit s'assembler dans un poinoon central vertical, qui ne 
saurait etre coupe auras du faite, puisqu'il faut que les tenons des are- 
ÜGPS de 0P0l1pe ou de pavillon rencontrent une forte resistance au-des- 
sus des mortaises. A (fig. 1) etant un poincon recevant quatre aretiers B,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.