Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1125277
251 
ENGXN 
Bourgogne. Pendant le xve siecle, on fabriquait des bouches a feu de 
dimensions tres-variables, depuis le fauconneau, qui ne portait qu'une 
livre de balles, jusqu'a la bombarde, qui envoyait des projeclilfiä (le 
deux cents livres et plusl. Ces bombardes netaient guere longues en 
proportion de leur diametre etremplissaient a peu pres l'office demor- 
tiers envoyant le projectile a toute volee : elles se chargeaient par la 
gueule. On se servait aussi de projectiles creux que l'on remplissait de 
matieres detonantes, de feu gregeois; et c'est une erreur de croire que 
les bombes sont une invention des dernieres annees du xvle siecle, car 
plusieurs traites de la fin du xve et du commencement du xvie? nous 
montrent de veritables bombes faites de deux hemisplieres de fer 
battu reunis par des brides ou des frettes 
(fig. 23). A la fin duxvesiecle, les bouches Z3 
a feu se classent par natures, en raison   
du (liametre des projectiles: il y a les   l'as 
baszflics, qui sont les plus grosses; les   j 
bombardes, les ribaudequins, les canons,  
les dragons volants, scorpions, coulevrines,   
    
serpevztines. Sous Charles VII, Parmee 5121   c"; 
royale possedait deja une nombreuse    
artillerie, et Charles VIII, en 1494; entra   
en Italie, faisant trainer plus de cent qua- w     
rante bouches a feu de bronze montees j f, p, 
sur afiilits a roues, trainees par des atte- 
lages de chevaux, et bien serviess  Les Italiens, alors, ne possedaient 
que des canons de fer traines par des boeufs, et si mal servis, qu'a 
peine pouvaient-ils tirer un coup en une heure. 
Examinons maintenant les canons a boites encastrces. 
L'idee de charger les canons par la culasse etait la premiere qui 
s'etait presentee, comme ce sera probablement le dernier perfection- 
nement apporte dans la fabrication des bouches a feu. On dut renon- 
cer aux premieres boites, qui s'adaptaient mal, laissaient passer les 
gaz, envoyaient, parfois une grande partie de la charge sur les servants 
et se fletraquaient promptement par Peffetdu recul. On se contenta de 
faire dans la culasse du canon une entaille permettant l'introduction 
d'une boite de fer ou de cuivre qui contenaitla charge de poudre main- 
tenue par un tampon de bois. Cette boite etait fixee de plusieurs ma- 
' Il existe encore dans beaucoup de villes anciennes, et notamment 51 Amicns, des bou- 
lets de pierre, bedaines, qui ont jusqifä 0'260 de (liamätre, et qui püscnt jusqifii 125 kilo- 
grammes ct plus. Ces boulets sont parfaitement sphäriques, taillüs avec soin dans un 
gräs dur. 
1 Voyez Rob. Valturius, De T6 militari, pl. de 14-83, ädit. de Paris, 15345111111, 
P- 267? Ct le Flave Vegcice, Frontin, etc., trad. frang. de 1536, p. HG. Paris, impr. de 
Chrestian Wcchel. 
2 Guichardin, Commines, Paul Jovc.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.