Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1125171
241 
ENGIN 
u et la queue dou feu qui partoit de li (la fusee) estoit bien aussi grans 
ff comme uns grans glaives. Il faisoit tel noise ou venir (tel dommage 
a en tombantl, que il sembloit que ce fust la foudre dou ciel ; il sem- 
(f bloit un (lrzigou qui volast par l'air. Tant getoit grant clartei, que l'on 
f: veoit aussi clair parmi l'est comme se il fust jours, pour la grant foi- 
4: son dou feu quijetoit la grant clartei..... a 
Ces barils remplis de matieres inflammables paraissent etre lances 
par des pierrieres ou caables, comme celui represente figures 7 et 8; 
ils etaient munis d'une fusee et contenaient une matiere composee 
de soufre, d'huile de naphte, de camphre, de bitume ou de resine, de 
poussiere de charbon, de salpetre et peut-etre d'antimoine. A cette 
epoque, au milieu du xme siecle, il semble, d'apres Joinville, que nos 
machines de jet fussent inferieures a celles des Turcs, puisque notre 
auteur, toujours sincere, a le-soin de dire que nos engins ne produi- 
saient pas grand effet. Ce n'est guere, en effet, qu'a la tin du XIIIO siecle 
que les engins paraissent etre arrives, en France, a une grande perfec- 
tion. On s'en servait beaucoup dans les guerres du Xlvf siecle etmeme 
apres l'invention de l'artillerie a feu. 
Les trebuchets, les mangonneaux, etaient places, par les zissieges, 
derriere les courtines, sur le sol, et envoyaient leurs projectiles sur 
les ennemis en passant par-dessus la tete des arbaletriers poses sur 
les chemins de ronde. Mais, outre les pierrieres ou caables, que l'on 
mettait en batterie au niveau des chemins de ronde sur des plates- 
formes elaifgissant ces chemins de ronde (ainsi que nous l'avons fait 
voir dans l'article ARCHITECTURE ivuLrrAim-gfig. 32), les armees du moyen 
agc possedaient encore Parbalete a tour, qui etait un engin terrible, 
avec lequel on laneait des dards d'une grande longueur, des barres de 
fer rougies au feu, des traits garnis d'etoupe et de feu gregeois' en 
forme de fuseesz. (les atrbaletes a tour avaient cet avantage qu'elles 
pouvaient etre pointees comme nos pieces d'artillerie; ce qu'on ne 
pouvait faire avec les mangonneaux ou les trebuchets : car, pour ces 
derniers engins, s'il etait possible de regler le tir, ce ne pouvait etro 
toujours que dans un meme plan ; si l'on voulait faire devier le pro- 
jectile a droite ou a gauche, il fallait manoeuvrer l'engin entier, ce qui 
etait long. Aussi les mangonneaux et les trebuchets n'etaient employes 
que dans les sieges, soit par les assiegeants pour envoyer des pi-ojec- 
tiles sur un point des defenses de la ville, soit par les assieges pour 
battre des travaux d'approche ou des quartiers ennemis. Les arbaletes 
a tour tiraient sur des groupes de travailleurs, sur des engins, sur des 
colonnes serrees, et elles produisaient l'effet de nos pieces de cam- 
' uTmis foiz nous gcterent le fou gregois, celi soir, et nous le lalicicrunl; quatre foiz 
ä Farbalestrc 5x tour. s: (Joinville, Hist. de saint Louis.)-w1 Li frcre le roi gaitoient les 
chas-chastiaus de jour ct montaient ou chaste! en haut (cfest-ä-dire qu'ils ütaient de 
service au sommet des beffrois) pour traire aus Sarrazins des arhalestres de quarriaus 
qui aloient parmi l'est aus Sarrazins. n 
f Voyez, au Dictionn. du nwbilier, l'article TRAIT A vounma. 31 
V. 
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.